Société
URL courte
Par
6614
S'abonner

Ce qui avait commencé plutôt comme une blague pour les consommateurs s’est avéré être une entreprise prometteuse. La société Liquid Death a levé 23 millions de dollars d’investissements supplémentaires lors d’une seconde séquence de financement.

La start-up américaine Liquid Death («Mort liquide»), qui commercialise de l’eau des Alpes autrichiennes en canettes de bière, a levé 23 millions de dollars d’investissements dans la phase B de son financement, relate le site TechСrunch.

L’affaire a commencé il y a près de trois ans comme une sorte de coup marketing plutôt drôle qui a depuis gagné du terrain.

La société vend également ses produits dans des salons de tatouage, des bars, des cafés et des magasins d'alcool.

Une stratégie épatante

Liquid Death vend de l'eau en canette sous le slogan «Murder Your Thirst» («Tuez votre soif») avec une tête de mort en emblème. Elle est devenue populaire ces dernières années grâce à son marketing agressif, comme un album vinyle «Greatest Hates» («Les plus grandes haines») ou la campagne «Killer Baby Namer» qui promet un approvisionnement gratuit en eau Liquid Death pendant 18 ans à ceux qui nomment légalement leurs enfants avec des noms tels que «Megalodon Bonecrusher» («Mégalodon broyeur d'os»).

Les canettes sont fabriquées en aluminium recyclé, les producteurs veillant ainsi à réduire la quantité de plastiques utilisés par les humains. Dans le cadre de la campagne DeathToPlastic («Mort aux plastiques»), 0,05 dollar de chaque canette sont consacrés à la lutte contre la pollution plastique.

Lire aussi:

En direct: une forte explosion se produit à Madrid, au moins trois morts - vidéos
Covid-19: «si le vaccin ne fonctionne pas, on n’a pas de plan B», estime une virologue
Trump en contact avec Poutine le jour de l’assaut du Capitole? Le Kremlin répond à Hillary Clinton
Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
Tags:
campagne publicitaire, États-Unis, boisson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook