Société
URL courte
Par
104219
S'abonner

Le fondateur de la marque de nutrition sportive Maximuscle, Zef Eisenberg, a été victime d’un accident mortel en essayant de battre un record de vitesse avec sa Porsche le 1er octobre au Royaume-Uni sur l’aérodrome où il avait failli mourir quatre ans auparavant.

Pilote, millionnaire et fondateur de la marque de nutrition sportive Maximuscle. Zef Eisenberg, 47 ans, est mort le 1er octobre dans un accident au Royaume-Uni alors qu’il tentait de battre un record de vitesse à bord de sa Porsche 911 Turbo S, rapporte l’organisation Motorsport UK sur son site.

L’accident a eu lieu sur l'aérodrome abandonné d'Elvington généralement utilisé par les coureurs pour divers tests. La voiture est devenue incontrôlable à grande vitesse à 16h30, en fin de parcours. Les secours n'ont pas réussi à réanimer le conducteur.

Motorsport UK, en collaboration avec l'organisateur de l'événement et la police locale, a ouvert une enquête approfondie pour déterminer les circonstances exactes de l'accident.

Il avait déjà survécu à un accident

En 2016, Zef Eisenberg avait déjà eu un accident sur le même aérodrome d'Elvington, mais avec une moto à turbine à gaz, alors qu'il tentait d'établir un nouveau record. Malgré les blessures subies, il a repris le sport automobile en 2017.

En 2019, il a établi un record du monde de vitesse sur sable à bord d’une Porsche 911 Turbo de 1200 chevaux (534 km/h). Il avait en outre à son compte le record du monde Guinness de vitesse avec une moto à turbine à gaz (363 km/h) et trois records de vitesse avec une moto électrique.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
accident de la route, Porsche, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook