Société
URL courte
Par
391
S'abonner

Connaître la différence entre «à consommer jusqu’au» ou la date limite de consommation et «à consommer de préférence avant» ou la date de durabilité minimale peut contribuer à la réduction du gaspillage alimentaire, à en croire l’initiative anti-gaspi Too Good To Go.

En Europe, 10% de la nourriture gaspillée -un tiers de tous les produits- l’est à cause du manque de compréhension de dates de consommation, indique le site de Too Good To Go, une initiative contre le gaspillage alimentaire. Ainsi, afin de minimiser le gaspillage, il faut connaître la différence entre la date limite de consommation (DLC) ou «à consommer jusqu’au» et celle de durabilité minimale (DDM) ou «à consommer de préférence avant», précise sa présidente en France, Lucie Basch, dans une interview à 20 Minutes accordée à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le Gaspillage alimentaire, le 16 octobre.

Ignorée par plus de la moitié des consommateurs européens, selon les résultats d’une enquête d’Eurobaromètre sur le gaspillage alimentaire en Europe en 2017, la différence de signification entre ces deux dates de consommation -l’une sanitaire et l’autre indicative- est pourtant cruciale, souligne le média.

Consommable ou pas?

Ainsi, la consommation de produits dont la DLC a été dépassée, peut comporter de vrais risques pour la santé des consommateurs. C’est d’ailleurs pour cela que ces dates sont généralement affichées sur des produits riches en eau et, donc, sensibles: les viandes, les poissons, les œufs.

En revanche, détaille M.Basch, après la DDM s’affichant plutôt sur les denrées sèches, le produit, certes, peut perdre certaines qualités nutritives et organoleptiques, à savoir gustatives, olfactives, mais reste toujours consommable.

«Par exemple, un gâteau sec sera peut-être moins croustillant. Mais il peut encore être consommé sans risque pour la santé», a-t-elle expliqué à 20 Minutes.

Too Good To Go

Selon le site de l’initiative, l'entreprise Too Good To Go, créée au Danemark en 2015, permet à chacun de s'engager à son échelle contre le gaspillage alimentaire en mettant en relation, via une application, les commerçants et les consommateurs afin que ces derniers récupèrent les invendus des commerces alentour en fin de journée.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
alimentation, date de péremption, gaspillage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook