Société
URL courte
Par
61020
S'abonner

Alors que l’accord sur l’instauration d’un régime sans visa entre les Émirats arabes unis et l’État hébreu a été signé mardi, les touristes israéliens, une fois arrivés à Abou Dhabi, pourront trouver dans les hôtels locaux des restaurants certifiés pour servir des plats cacher.

Les hôtels d'Abou Dhabi seront bientôt certifiés pour servir une cuisine cacher. Le ministère de la Culture et du Tourisme d’Abou Dhabi a lancé un processus de certification mardi 20 octobre, le jour où les Émirats arabes unis et l’État hébreu ont conclu un accord instaurant un régime sans visa entre les deux pays, écrit The National.

Au cours des 12 mois à venir, les restaurants et les cafés des hôtels d’Abou Dhabi auront la possibilité d’obtenir gratuitement les certificats en question.

Pour cela, ils doivent désigner une zone de cuisine strictement réservée à la préparation d'aliments cacher, c’est-à-dire conformes aux réglementations alimentaires juives de la cacherout. Les menus doivent également indiquer aux visiteurs quels plats sont cacher.

Accord historique

Un accord qualifié de «trahison» par l'Autorité palestinienne qui a rappelé son ambassadeur à Abou Dhabi. Mardi 20 octobre, Israël a accueilli sur son sol la toute première délégation officielle émiratie. Quatre accords, dont celui portant sur l’instauration d’un régime sans visa entre les deux pays, ont été conclus.

Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé le 13 août avoir conclu un accord de paix négocié avec l’aide des États-Unis et destiné à aboutir à une normalisation complète des relations diplomatiques entre les deux pays.

L’Autorité palestinienne, quant à elle, a annoncé qu’elle n’accepterait pas la déclaration tripartite.

Lire aussi:

Malgré les avertissements, un tiers des Français prévoient de «partir» pour Noël
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Tags:
cacheroute, Israël, Abou Dhabi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook