Société
URL courte
Par
142
S'abonner

L’école ne pourra pas devenir entièrement numérique et devra rester une solution pour «des situations spécifiques», estime un chercheur italien en sociologie interrogé par Sputnik. Cependant, les États devront soutenir financièrement les familles contraintes de garder leurs enfants pour éviter les inégalités à venir, selon lui.

Alors que de nombreuses écoles partout dans le monde basculent dans l’enseignement à distance sur fond de pandémie, la polémique sur ce mode d’éducation refait son apparition. Ses particularités ont été évoquées par Paolo Landri, chercheur principal de l’Institut italien de recherche sur les politiques démographiques et sociales, dans une interview accordée à Sputnik.

L’importance de la conversion du système éducatif au numérique pour l’avenir a été abordée lors du forum Open Innovations (Innovations ouvertes) à Skolkovo, centre russe de recherche et développement, où M.Landri, chercheur d’une organisation affiliée au Conseil italien national de la recherche, a livré son point de vue sur la question.

Tendance globale

Répondant à la question de savoir quelles raisons motivent l’enseignement scolaire à basculer autant que possible dans le numérique, le chercheur a déclaré que ce processus s’inscrivait dans une transition numérique globale qui touche tous les domaines et qui dure depuis déjà de nombreuses années. Selon lui, la pandémie ne fait que l’accélérer.

Bien que cette transition vers le numérique puisse éveiller des craintes pour les parents sur d’éventuelles difficultés de socialisation chez leurs enfants, Paolo Landri tient à préciser qu’«il est difficile de concevoir une école entièrement numérique».

Étant donnée la complexité du processus éducatif, «le numérique ne peut pas remplacer complètement toutes les formes de scolarisation», mais «peut permettre de maintenir un dialogue ouvert [entre les élèves et les professeurs, ndlr] dans des situations spécifiques», a-t-il affirmé. Revenant sur l’expérience du confinement en Italie, il a souligné que différents services de visioconférence avait permis d’assurer les échanges entre élèves et professeurs.

Impact sur les foyers

Alors que certains spécialistes peuvent se réjouir de cette poussée des nouvelles technologies vers l’enseignement à distance, certains parents se heurtent à la nécessité de quitter leur travail pour rester à la maison à surveiller leurs enfants ou de payer des baby-sitters pendant leurs cours à distance. Ainsi, il est difficile de répondre à la question de savoir comment trouver un équilibre entre le développement du numérique et son impact social, poursuit Paolo Landri.

«Il est clair que la fermeture de l'école a gravement affecté l'équilibre entre la famille, l'école et le travail. Malheureusement, cela aura de lourdes conséquences en termes d'inégalités sociales», a estimé le chercheur. D’après lui, de nouvelles stratégies de politique sociale devraient être élaborées par les gouvernements afin de soutenir les familles concernées et pour qu’elles ne perdent rien sur fond de transition numérique dans l’enseignement scolaire.

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Tags:
enseignement, élèves, épidémie, numérique, école
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook