Société
URL courte
Par
0 127
S'abonner

Compte tenu que Joe Biden est actuellement à six grands électeurs près du poste de Président des États-Unis, ce Britannique risque de perdre les cinq millions de dollars qu’il a parié sur la victoire de Donald Trump. Si c’est le cas, ce sera le plus gros montant perdu jamais en paris politiques.

Alors que le dépouillement des bulletins de vote continue aux États-Unis, les chances de ceux qui ont risqué leur argent sur la victoire du Président sortant deviennent de plus en plus faibles, a expliqué à Sputnik l’analyste financier Artem Slitskiy.

Il a notamment évoqué l’exemple de cet homme d’affaires et ancien banquier britannique qui a parié cinq millions de dollars sur la victoire de Donald Trump. D’après l’expert, ce plus gros pari politique jamais réalisé peut virer à la plus grosse perte de ce genre.

«Après l'annonce des résultats, on peut assister à un autre record, à savoir le plus gros montant perdu dans les paris politiques. Avant le vote, un joueur britannique a misé cinq millions de dollars sur la victoire de Donald Trump dans l'un des bookmakers offshore inscrits à Curaçao. [dans les Caraïbes, ndlr]. Alors la cote était de 2,85 ce qui signifie que si Trump était réélu, le joueur recevrait environ 14 millions de dollars. Certes, le décompte préliminaire des votes montre que le Britannique restera sans victoire», a déclaré Slitsky.

Un milliard de dollars

Malgré l’interdiction de miser de l’argent sur la présidentielle sur le territoire américain, les paris sur l’élection américaine 2020 ont explosé au niveau international. Selon USA Today, le volume des mises investies pourrait avoisiner le milliard de dollars cette année, soit le double de 2016.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
Donald Trump, Joe Biden, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook