Société
URL courte
Par
238
S'abonner

En Allemagne, deux patients dans un état très critique auraient été tués par des injections mortelles réalisées par un médecin. Ce dernier, accusé d’homicides volontaires, a précisé qu’il voulait «mettre fin» à ses souffrances. Selon le Bild et la Südwest Presse, les patients étaient infectés par le coronavirus.

La police allemande a lancé une enquête en lien avec deux cas d’homicide volontaire dans la clinique universitaire d’Essen.

Le médecin principal de cette clinique, âgé de 44 ans, est soupçonné d’avoir administré délibérément et illégalement des injections mortelles à deux patients dans leur dernière phase de vie, ce qui a entraîné leur mort immédiate, d’après les éléments de l’enquête commune du procureur d'Essen et du siège de la police d’Essen.

Les deux hommes, âgés de 47 et 50 ans, étaient dans un état critique et sont décédés le 13 et le 17 novembre respectivement. Le docteur a été arrêté le 18 novembre.

Certains médias allemands, dont le Bild et la Südwest Presse, ont relaté que les patients étaient infectés par le coronavirus, mais cette information n’a pas été confirmée.

«Mettre fin à une souffrance»

Présenté devant le magistrat le 19 novembre, l’accusé n’a donné d’informations que sur un seul cas. Il a expliqué qu’il souhaitait «mettre fin à la souffrance supplémentaire du patient et de ses proches», précise la police dans une publication sur Facebook.

Le procureur a ordonné la garde à vue du suspect.

Lire aussi:

Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
«Ces personnes pauvres»: un réalisateur critique l’appartement d’un acteur en pensant que son micro est éteint – vidéo
Migrants délogés: Rémy Buisine «pris à la gorge» par un policier, Darmanin évoque des «images choquantes» – vidéos
Tags:
médecine, homicide, patients, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook