Société
URL courte
Par
3142
S'abonner

Jeter un petit peu moins, ramasser un petit peu plus, voilà l’envie et le message d’un duo qui marche depuis deux mois à travers la France. Leur but est de sensibiliser la population à la nécessité de rendre la planète plus propre.

Le 1er octobre dernier, Eddie et Fred se sont lancés dans une aventure de 800 km à pied pour longer la ligne TGV qui relie Marseille à Paris. Ce projet, qui a duré deux mois, est dans l’esprit d’Eddie Platt depuis plusieurs années. Il est le fondateur de l’association 1 déchet par jour (1 piece of rubbish). Celui-ci est accompagné de Fred Munsch, photo-journaliste qui partage les mêmes inquiétudes qu’Eddie et qui peut immortaliser leur aventure en images.

Depuis leur départ, l’automne et le confinement se sont installés, mais cela n’a pas empêché l’escargot anglais et le sanglier marseillais, comme ils aiment à se faire appeler, de poursuivre leur périple. Les déchets et la pollution environnementale ne se confinant pas, il leur était donc impensable de ne pas continuer à agir.

Masques jetables, la nouvelle plaie de l’environnement

Depuis la crise sanitaire du Covid-19, un nouveau déchet a fait son apparition dans le paysage quotidien: le masque chirurgical jetable. Que ce soit le long des routes, dans le fossé, à côté d’une poubelle ou encore sur un parking, Eddie et Fred en ont ramassé quelque 4.500 en plusieurs semaines.

«100 millions de masques arrivent en France chaque semaine. 75% sont jetés par terre, finissent dans la nature, où ils sont mal traités. On a ramassé plus de 4.200 masques, on sera bientôt à 5.000 et je pense qu’en arrivant en banlieue, on va rapidement atteindre 10.000 masques», explique Eddie.

Fred constate que selon les endroits, comme sur un parking, «les gens ne prennent pas le temps de nettoyer régulièrement et surtout ils s’en fichent. Les gens préservent plus les beaux endroits. Sur un parking, on peut trouver une quarantaine de masques, mais ça peut monter à soixante ou plus selon la taille du parking.»

Bien plus qu’une marche pour ramasser des déchets

Au fil des semaines et des rencontres, confinement ou pas, la solidarité, la générosité et la bienveillance ont été au rendez-vous. Eddie et Fred ne laissent pas les personnes rencontrées sur leur passage indifférentes, à l’exemple d’enfants qui espèrent pouvoir un jour ramasser des déchets à leurs côtés, quand ils seront plus grands, ou encore d’une femme avec ses enfants qui envoie des photos d’eux en train de ramasser des bouteilles, une démarche qu’ils ont entreprise depuis que leurs chemins se sont croisés.

«Les enfants sont encore plus motivés que nous, ils veulent partir avec nous. Ce qu’on fait, c’est pour les suivants, mais c’est aussi pour ceux de maintenant. Les enfants rentrent chez eux et racontent à leurs parents l’importance de ramasser, cela va peut-être faire réfléchir les parents», raconte Fred.

À travers cette marche et son expérience, le duo souhaite pouvoir porter la voix de ceux qu’ils croisent, qu’il s’agisse d’enfants, de personnes âgées et isolées, d’agriculteurs oubliés et en souffrance, de ceux qui se trouvent là où les routes se sont vidées.

L’escargot anglais et le sanglier marseillais ne restent pas insensibles à leurs rencontres, que ce soit avec Marcelle, une femme âgée habitant Vaux-en-pré, qui se retrouve isolée en cette période de confinement, ou bien avec un boulanger afghan qui les a nourris et qui a lui-même marché pendant plusieurs années, mais pour un autre but, rejoindre la France.

En 2017, Eddie avait déjà fait l’expérience de la richesse et beauté que la France et les Français ont à offrir, lors d’un tour en auto-stop où il avait parcouru 8.000 km. Il a partagé son expérience et son constat sur la situation dans son livre L'Anglais qui voulait nettoyer la France chez Librinova. Et comme aujourd’hui, tant de rencontres, de souvenirs et d’échanges autour d’une envie commune, faire en sorte que notre planète soit un peu plus propre pour nous-mêmes et pour les générations à venir.

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
marche, environnement, pollution, déchets, Marseille, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook