Société
URL courte
Par
31111
S'abonner

La veille de Noël, un détenu de la prison de Puerto III en Espagne s’est coupé le pénis après avoir appris que sa femme ne viendrait pas le voir. Il a été découvert par des surveillants saignant à mort.

Un acte d’automutilation s'est produit la veille de Noël dans le module 10 de la prison Puerto III, à Puerto de Santa Maria, près de Cadix (sud-ouest de l'Espagne). Un prisonnier souffrant de troubles psychiatriques s’est coupé le pénis dans sa cellule après avoir été informé que sa femme ne voulait pas le voir pour une visite conjugale, informe l’association Tu Abandono Me Puede Matar.

Les agents pénitentiaires ont sauvé la vie du détenu après l'avoir trouvé en train de saigner à mort à la suite de cet acte choquant d'automutilation et emmené à l’hôpital de la prison.

Son état de santé

Aucune information n’a pour l’heure été divulguée sur le succès ou non de l’opération médicale.

L’association dénonce le manque d’aide psychiatrique pour ce type de détenus et le manque de formation des agents pénitentiaires.

Incident similaire

Cet incident intervient après qu’un autre prisonnier en Espagne a été transporté d'urgence à l'hôpital après avoir mangé ses oreilles qu’il avait coupées.

Les surveillants ont déclaré à la presse qu'ils n'ont pu retrouver les parties du corps manquantes, soupçonnant qu'il les ait mangées ou jetées dans les toilettes.

Le prisonnier aurait utilisé un couteau fabriqué à partir d’un morceau de plastique et un petit morceau de métal aiguisé.

L’homme souffrait de troubles psychiatriques et a été soigné à l’hôpital universitaire de Badajoz.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Une vingtaine de voyous s’attaquent aux pompiers de la Drôme avec des tirs de mortiers et des pierres
Tags:
Espagne, pénis, peine de prison, prisonniers, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook