Société
URL courte
Par
4120163
S'abonner

Les internautes s’interrogent sur le nouveau rôle d’influenceuse de Marlène Schiappa. Après avoir vanté sur Instagram les mérites d’un lissage brésilien, la ministre dément tout placement de produit. Visiblement piquée, elle a préféré menacer de poursuites toute allégation contraire, ravivant la colère des internautes. Retour sur le #LissageGate.

Une vidéo postée le 3 janvier sur le compte Instagram officiel de Marlène Schiappa fait polémique sur les réseaux sociaux. La ministre y a fait la promotion d’un lissage brésilien effectué dans un salon de coiffure parisien. Un conseil beauté qui n’a pas été du goût des internautes, l’accusant de faire un placement de produit, très loin donc du rôle d’une ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Suite au tollé, le post a été supprimé, son compte est passé en privé et son entourage a crié à la fake news.

Mais, comme l’œil de Sauron qui voit tout, les internautes ont su dénicher des preuves contre la ministre dans un post Facebook datant de Noël. Même sapin, même poignée de porte, c’est bien elle. Le doute n’est plus permis, Marlène Schiappa a bel et bien été coiffée dans le fameux établissement évoqué dans son post Instagram. Le 4 janvier, contre-attaque de la ministre: dans un communiqué, elle dément avoir eu recours à un placement de produit ou à un post sponsorisé, se dédouanant ainsi de toute contrepartie financière. Aussi a-t-elle menacé de poursuites judiciaires quiconque affirmerait le contraire.

Une stratégie qui a ravivé les flammes de Twitter et créé la première polémique (futile) de 2021, sous le #LissageGate.

Lire aussi:

«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Le Drian: «Il est urgent de dire à l'Iran que cela suffit»
Tags:
Marlène Schiappa, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook