Société
URL courte
Par
2817
S'abonner

Christine, 60 ans, habitante de Ganshoren (Belgique), est tombée en décembre dans un piège tendu par des arnaqueurs qu’elle a rencontrés en voulant vendre un petit meuble sur Market Place. Les malfrats se sont emparés de ses économies à la hauteur de 10.300 euros, relate RTL Info.

Aujourd’hui, elle reconnaît qu’il y a eu plusieurs sonnettes d’alarme, qu’elle a toutefois ignorées ce qui a, hélas, permis à des arnaqueurs de ponctionner plus de 10.000 euros sur son compte. Cette triste expérience, cette sexagénaire belge de Ganshoren, Christine, l’a partagée sur RTL Info.

Sa mésaventure a en effet commencé quand elle voulu en décembre dernier vendre en ligne un meuble pour 25 euros. C’est Market Place de Facebook qui a été choisi, plateforme dont, comme elle l’explique, elle se sert régulièrement. Une personne n’a pas tardé à répondre, se présentant sur Facebook comme Marianne Jamotte. À l’examen du profil en question, Christine n’a trouvé rien de suspect.

Cependant, à la fin de la transaction, quand Christine a voulu l'appeler, l’autre femme a dit qu'elle ne pouvait pas répondre, prétendant avoir perdu son portable.

Paiement via «DPD Express»

L’«interlocutrice» de Christine propose de payer via DPD Express, expliquant qu’ils allaient venir chercher le colis et, dans le même temps, lui donner l’argent.

«Mais comme je n'avais pas encore de compte, elle m'a dit que j'allais recevoir un e-mail pour ouvrir un compte. Je l'ai reçu dans la minute qui suivait».

Le fait que l’adresse de l’expéditeur se terminait par gmail.com n’a pas mis la puce à l’oreille de Christine, et elle a suivi le lien. Ce qui l’a pourtant alarmé, c’est le fait que le site était assez flou, puis l’appel de la part du prétendu employé de DPD qui lui a demandé de préparer son lecteur de carte et sa carte bancaire «pour confirmer le compte» et qui parlait avec un fort accent. Cependant, elle avoue avoir ignoré ces sonnettes d’alarme.

Comme hypnotisée

«Il m'a dit de mettre ma carte dans mon lecteur, d'appuyer sur Identify, et de me donner le code. Puis il m'a redemandé plusieurs fois des codes. Il me disait de ne surtout pas ouvrir mon application bancaire ING, car ça pourrait poser des problèmes dans la transaction», témoigne-t-elle.

Quand Christine a tout de même vérifié son compte elle a constaté des «mouvements bizarres», mais même après avoir lancé à l’escroc qu’il était en train de vider son compte elle a de nouveau cédé face à ses tentatives de la rassurer.

«J'ai encore signé une fois, et il m'a débité à ce moment-là deux fois 3.650€», raconte cette victime de l’arnaque. «J'ai l'impression d'avoir été hypnotisée. Je ne comprends pas pourquoi: je réagissais bien en disant à mon interlocuteur qu'il était en train de vider mes comptes, et disant que je ne devais pas signer, mais je n'ai pas arrêté. En raccrochant, je me suis effondrée».

Elle n’a donc pas tardé à prévenir la banque et la police et il est possible que ING puisse récupérer une partie des fond perdus.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Facebook, Belgique, arnaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook