Ulyana Sergeenko, seule créatrice russe à la Paris Fashion Week
Côtoyant Dior et Chanel, Ulyana Sergeenko est la seule maison de haute couture russe à avoir présenté sa nouvelle collection à la semaine de la mode de Paris. Une représentante a expliqué à Sputnik pourquoi la marque est tant appréciée.
Des robes de grand soir décorées des fameuses dentelles de Ielets, des vestes avec des émaux uniques de Rostov... Avec sa nouvelle collection haute couture, Ulyana Sergeenko fait rayonner le style et l'artisanat russes dans le monde de la mode.

Sa maison éponyme, seule marque russe à participer à la Paris Fashion Week 2021 pour la haute couture qui se déroule du 25 au 28 janvier, a présenté le jour de l'ouverture sa collection printemps-été 2021. Crise sanitaire oblige, l'événement se déroule en format vidéo.
Depuis juillet dernier, les grands noms de la mode présentent leurs collections en format numérique, faisant preuve de toujours plus d'imagination. Une vidéo élégante, dans la lignée de son défilé automne-hiver, a été publiée lundi, conformément au programme de la Paris Fashion Week.

Alors que la première partie de la séquence dévoile le défilé, la deuxième est consacrée au processus de création de longue haleine du vestiaire de cette collection marquée par des œuvres d'arts appliqués, fruits d'un travail minutieux.

L'une des principales caractéristiques de la maison? Ses techniques de création bien particulières, souligne auprès de Sputnik Olga Tchess, directrice du département des relations publiques.

«Il s'agit de la préservation de l'élégance, de la tradition, d'une approche particulière de la couture, de la création des pièces qui implique la participation d'artisans singuliers.»

«Élégance, qualité, tissus naturels, attention du détail, techniques artisanales uniques», tels sont les caractéristiques les plus appréciées par les clients de la marque qui ne viennent d'ailleurs pas que d'Occident.

«Ces dernières années, nous avons constaté un grand intérêt pour la marque de la part des pays arabes et de la Chine», précise Olga Tchess.

De longues heures d'un travail méticuleux
Chaque collection est «complexe à sa manière», souligne Mme Tchess, et le nouveau défilé constitue un vrai «pas en avant».

«C'est la première fois que nous coopérons avec autant d'artisans folkloriques russes», explique-t-elle.

En effet, lors de la réalisation de la nouvelle collection, la maison de haute couture a battu certains de ses propres records qui permettent de se rendre compte du travail faramineux effectué par les couturiers et artisans russes dans le cadre de ce défilé.

Par exemple, la robe poudrée avec des éléments en dentelle a pris 732 heures, soit 30 jours de travail 24 heures sur 24!

Ou encore les quelque 500 heures qu'a nécessitées la création de cette robe raffinée, et sa quantité record de perles: 3,5 kilos.
Style russe
Ce n'est pas pour rien que la maison Sergeenko est considérée comme la référence du style russe dans le monde de la haute couture. Un seul regard suffit pour s'apercevoir de la spécificité de la patte de la créatrice.
Le style Sergeenko est un mélange du chic des années 1920-1930 et du folklore russe, avec une touche de mode soviétique: l'élégance à son état pur. Des éléments de décoration artisanaux traditionnellement russes font partie intégrante de chaque collection de la maison.
Le défilé printemps-été 2021 met en lumière le savoir-faire en textile de l'artisanat russe. En travaillant sur cette collection, la maison a pour la première fois collaboré avec un aussi si grand nombre d'artisans folkloriques.

«Tous les éléments décoratifs — les détails en dentelle et en cristal, les émaux artistiques, la broderie de Kresttsy, créés par le bureau de design Ulyana Sergeenko — sont envoyés à Moscou depuis différentes régions du pays», indique la marque.

Des émaux miniatures pour les costumes ont été peints par des artisans de la ville de Rostov, située dans le sud de la Russie. Il s'agit d'un art artisanal appliqué exporté vers Russie depuis l'Empire byzantin au Xe siècle, baptisé «finift».
«Derrière chaque pièce se cache un processus complexe et chronophage de fabrication d'émaux artistiques: la découpe d'une plaque dans la forme requise, le dessin à la main d'éléments miniatures, le grillage en plusieurs étapes et la création d'armatures en métal qui encadrent chaque détail», explique la maison de mode.

Cette production complexe détermine le nombre limité d'articles produits, les rend ainsi uniques en leur genre et donc «précieux».

Les célèbres dentelles de Ielets, ville située à 350 kilomètres au sud de Moscou, décorent certaines robes de soirée magiques ainsi que des coiffures.
Au total, les artisans de Ielets ont créé 37 détails en dentelle, soit plus de 1.400 heures de travail et 9.952 mètres de fil, précise la marque.

Qui plus est, toutes les pochettes présentes dans la collection, et qui arborent le symbole de la marque (la rose), ont été sculptées dans le bois par des artisans russes.

Ulyana Sergeenko

Née dans une petite ville au Kazakhstan, ex-République de l'URSS, Ulyana Sergeenko a ouvert sa maison de couture éponyme à Moscou en 2011. Aujourd'hui, cette femme élégante au gout raffiné, mère de deux enfants, est l'un des rares designers de l'ex-espace soviétique connus mondialement. Son premier défilé parisien a eu lieu en 2012.