Société
URL courte
Par
2231
S'abonner

Alors que plusieurs entreprises ont fait faillite à cause de la pandémie, certains services en ligne ont connu un véritable essor. Le fondateur de la plateforme russe Zigmund.Online, spécialisée en psychothérapie, explique à Sputnik comment son entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de plus de 1,5 million d’euros pendant la crise.

Aujourd’hui, Zigmund.Online regroupe près de 250 spécialistes en psychothérapie et plus de 6.000 clients dont le nombre ne cesse d’augmenter, explique à Sputnik France Daniil Tchaus, fondateur de cette plateforme. Pourtant, à son lancement en 2018, le nombre de personnes s’intéressant à la psychothérapie en Russie était relativement faible.

Il était toutefois évident que ce marché évoluait et représentait de véritables opportunités. En effet, après avoir débuté avec 150 clients, Daniil Tchaus et son équipe en comptaient fin 2020 plusieurs milliers. Leur chiffre d’affaires annuel a atteint plus de 1,5 million d’euros, permettant à l’équipe d’espérer un développement encore plus important.

L’élément déclencheur

Sa difficulté à trouver un psychologue et son expérience au sein du eBay russe, Avito, ont aidé Daniil Tchaus dans l’étude du marché en question en interrogeant plusieurs psychologues et en analysant de nombreuses données.

En 2020, la croissance de l’entreprise, qui était jusqu’ici de 50% par an, a été multipliée par treize, la pandémie lui ayant permis de prendre son envol. Ceci lui a permis de devenir un leader dans le secteur.

«Le prix d’un client a diminué. De nombreuses personnes se sont tournées vers l’autoréflexion. Le fait de ne plus sortir dans les bars ou de se retrouver entre amis leur a permis de faire des économies. La pandémie a été un élément déclencheur et a également permis d’augmenter l’intérêt [envers la psychothérapie]», explique à Sputnik France le fondateur de la plateforme.

La campagne de promotion dans les médias et différentes collaborations, comme avec un service de livraison de nourriture, ont également attiré des milliers de nouveaux clients.

Une intelligence artificielle à la place des psychologues?

L'intelligence artificielle prenant toujours plus d’importance, elle pourrait un jour remplacer les consultations avec des spécialistes. Daniil Tchaus en est convaincu, bien qu’il reste réservé quant aux délais.

«Un jour, ça arrivera. Mais dans les dix prochaines années, le bot ne remplacera pas les psychothérapeutes. Il se présentera comme un assistant ou rendra la psychothérapie plus accessible à plus de personnes», explique cet entrepreneur qui souligne «l'importance de l'effet thérapeutique des sessions réelles».

Il tient à préciser que le choix du psychothérapeute repose sur toute une série d’étapes, comme un entretien d’embauche, le retour des clients, l’enseignement supérieur obligatoire et le perfectionnement professionnel permanent.

Une expansion internationale

À cet égard, Daniil évoque son ambition de créer un assistant virtuel pour les psychologues, lequel nécessite l'analyse d’au moins un million de sessions:

«Il s’agit de l’ensemble des instruments, du contenu des différentes écoles de psychothérapie, dont des exercices et des tests. Le but, c’est de faire en sorte que la plateforme facilite les consultations, pour que les psychologues soient plus à l’aise en travaillant sur la plateforme plutôt que sans elle.»

«Ce mécanisme n’existe nulle part», assure-t-il.

«Même si d’autres services du même type que le nôtre présentent des similitudes, nous sommes au même niveau de développement. Lorsque nous l’introduirons en Russie, j’envisagerai alors peut-être de m’attaquer au développement de cette partie de la plateforme à l’international», conclut-il.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
pandémie, santé mentale, Russie, psychothérapeute, psychologue
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook