Société
URL courte
Par
221214
S'abonner

Grâce à une nouvelle loi qui reconnait la valeur des tâches ménagères, une Chinoise obtiendra une compensation d’environ 6.300 euros pour le travail effectué au foyer pendant les années de son mariage. La somme sera versée par son ex-conjoint.

Une décision sans précédent a été rendue par la justice chinoise dans le district cuisine en banlieue de Pékin, écrit le South China Morning Post.

La cour se penchait sur une banale affaire de divorce. En s’appuyant sur la nouvelle loi sur les mariages, la justice a ordonné à un ex-mari d’indemniser son ex-femme pour les années de travaux effectués au foyer pendant leur mariage. L’ex-conjoint devra payer une somme de 50.000 yuans (6.300 euros environ) et une pension alimentaire mensuelle de 2.000 yuans (255 euros).

La loi, entrée en vigueur cette année, reconnait la valeur monétaire des tâches ménagères au sein du couple, non rémunérées et effectuées par les femmes en général.

«Les travaux ménagers ont une valeur immatérielle, ils contribuent à l’amélioration du cadre de vie de l’autre conjoint et au développement de l’enfant, deux choses qui ne se matérialisent pas dans des biens que l’un pourrait donner à l’autre, d’où la compensation financière», a statué le juge au moment du verdict, cité par Franceinfo.

L’histoire d’une femme au foyer

Le couple s’est rencontré en 2010. Après leur mariage et la naissance d’un enfant, la femme du nom de Wang arrête de travailler et se retrouve mère au foyer. Elle assume, seule, les soins de l’enfant, gère les courses, le ménage, les repas, et le mari semble ne pas participer aux tâches ménagères. Après huit années de vie commune, le mari du nom de Chen décide de rompre. Suite à la séparation, l’enfant reste vivre avec sa mère.

«Il y a une clause qui stipule que la partie qui prend plus de soin à élever ses enfants, à s’occuper des personnes âgées et à aider le travail de leur conjoint, a le droit de demander une indemnisation en cas de divorce», explique l’avocat des affaires familiales Zhong Wen.

En Chine, l’histoire a suscité de vives réactions, note le South China Morning Post: pour une seule journée du lundi 22 février, le sujet a été vu 400 millions de fois sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Tags:
mariage, loi, tribunal, couple, divorce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook