Société
URL courte
Par
181788
S'abonner

Aux États-Unis, Coca-Cola est sous le feu de la critique après des images devenues virales. Dans le cadre de cours pour «lutter contre le racisme», l’entreprise enjoint ses salariés à être «moins blancs». Polémique assurée.

Pour être moins raciste, essayez d’être «moins blanc». Une psychologue, Karlyn Borysenko, a dévoilé sur Twitter les captures d’écran d’un cours «pour lutter contre le racisme» au sein de l’entreprise Coca-Cola. La vague d’indignation outre-Atlantique a été immédiate, et pour cause: se comporter comme une personne «moins blanche» impliquerait d’adopter une attitude «moins ignorante», «moins oppressive», «moins arrogante».

De telles formations ne sont d’ailleurs pas exclusivement réservées à Coca-Cola puisque ce cours était disponible sur LinkedIn jusqu’à récemment –avant d’être retiré (pour faire taire la polémique?). À l’origine de ce PowerPoint, Robin DiAngelo, une sociologue militante antiraciste qui a développé le concept de «white fragility», c’est-à-dire de «fragilité blanche». Celle-ci désigne en ces termes l’attitude des blancs refusant d’admettre ou de voir leur propre racisme.

Depuis une dizaine d’années, les idées des militants de la mouvance «woke», qui se dit éveillée à toutes les formes d’inégalités, se propagent, notamment sur les campus américains. Mais à trop vouloir combattre l’injustice, les activistes n’ont-ils pas empiré la situation et divisé l’Amérique? Une division qui, comme tout bon produit américain, s’exporte jusqu’en France.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
racisme, Coca-Cola, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook