Société
URL courte
Par
13346
S'abonner

Face à des affrontements entre bandes de jeunes, faut-il responsabiliser leurs parents en supprimant les aides familiales ou proposer des alternatives? Si le député RN Jordan Bardella se dit partisan d’une politique plutôt sévère, la ministre déléguée Marlène Schiappa est catégoriquement opposée à cette proposition.

La semaine dernière a été marquée par la mort de deux ados de 14 ans dans l’Essonne suite à des rixes entre bandes rivales.

Face à ces violences, Jordan Bardella, désormais tête de liste en Île-de-France pour le Rassemblement national (RN) aux élections régionales, a proposé de responsabiliser les parents. De plus, il s’est dit favorable à l’abaissement de l’âge de la majorité pénale de 18 à 16 ans.

«Il faut s'attaquer à la délinquance des mineurs, il faut abaisser la majorité pénale à 16 ans, il faut aussi responsabiliser les parents», a-t-il suggéré dans la matinée du 1er mars au micro de RTL.

Il a précisé que le programme du RN prévoit de «supprimer les aides sociales aux parents de mineurs récidivistes lorsqu'il y a une carence éducative».

Schiappa s’y oppose

Ces propos n’ont pas manqué de faire réagir Marlène Schiappa qui considère que le gouvernement ne voit pas le problème du même œil.

Plus tard dans la journée, la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, invitée également sur RTL, s’est ainsi dite contre la politique de durcissement. Plus précisément, elle s’est montrée «très opposée» à la suppression des allocations familiales pour les familles de multirécidivistes.

«Il faut qu'il y ait des sanctions pour les familles, mais il ne faut pas appuyer encore plus la tête sous l’eau alors qu’ils sont en train de se débattre», a-t-elle répondu.

Le gouvernement doit mener le travail sur le terrain, insiste la ministre. Par exemple, en tant que mesures de prévention de la délinquance, elle évoque la réactivation du «plan bandes»: une solution pour mieux repérer et lutter contre les bandes et proposer aux jeunes des alternatives. De plus, Schiappa souhaite, par exemple, offrir du travail alternatif payé à la journée pour éviter que les jeunes ne tombent dans la délinquance.

Rixes mortelles

Le 22 février une collégienne de 14 ans est décédée suite à une bagarre entre deux bandes à Saint-Chéron, près d’Étampes. Quelques jours plus tard, six adolescents de 14 à 16 ans ont été mis en examen dans l'enquête sur ce meurtre.

Le 23 février un ado de 14 ans a été tué et un autre âgé de 13 ans grièvement blessé à la gorge lors d'une rixe entre bandes à Boussy-Saint-Antoine. Le lendemain, un jeune de 15 ans s’est présenté au commissariat de police, se disant l’auteur des coups de couteau mortels. Il a été placé en détention provisoire. Six autres adolescents de 15 à 17 ans ont été présentés à un juge d'instruction dans le cadre de cette affaire.

La dernière semaine de février, deux autres affrontements au minimum ont été signalés: l’un à Evry-Courcouronnes, dans l’Essonne, où une trentaine de jeunes a été impliquée, l’un d’entre eux a dû être hospitalisé, l’autre – à Cahors, dans le Lot.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
délinquance, réinsertion, jeunes, bande, mineurs, bagarre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook