Société
URL courte
Par
144410
S'abonner

L’approvisionnement en sable, ressource naturelle précieuse mais peu appréciée, est susceptible de poser «de gros problèmes» à l’avenir, affirme un climatologue.

L’Humanité sera-t-elle bientôt à court de la ressource naturelle la plus consommée après l’eau, à savoir le sable? C’est ce que laissent penser les résultats d’une discussion en visioconférence de spécialistes en la matière récemment organisée par l’institut de réflexion britannique Chatham House en partenariat avec l'Observatoire mondial du sable.

«Nous croyons tout simplement que le sable est partout. Nous n'avons jamais pensé manquer de sable, mais cela commence à certains endroits», a averti lors du webinaire Pascal Peduzzi, climatologue au Programme des Nations unies pour l'environnement, dont les propos sont cités par CNBC.

«Si nous ne regardons pas vers l’avenir, si nous n’anticipons pas, nous aurons de gros problèmes liés à l’approvisionnement en sable ainsi qu’à l’aménagement du territoire», explique-t-il, toujours cité par la chaîne américaine.

Ressource abondante mais finie

Reconnaissant l’existence du problème et le manque d’attention qui lui est portée à l’échelle mondiale, le spécialiste appelle à changer d’attitude envers ce matériau.

«Est-il l’heure de paniquer? Eh bien, cela n'aidera certainement pas, mais il est temps de jeter un coup d'œil et de changer notre perception du sable», explique M.Peduzzi.

Bien qu’«abondant» au niveau mondial, le sable est une ressource «limitée», compte tenu de la vitesse de sa consommation qui dépasse largement celle avec laquelle il se reconstitue, précise le site de Chatham House. Il l’est d’autant plus que l'industrialisation, la croissance démographique et l'urbanisation ne font qu’alimenter la demande.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
climat, ressources naturelles, sable
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook