Société
URL courte
Par
1214
S'abonner

De l’augmentation de la charge du travail dans le secteur de la santé à la flambée de signalements des violences conjugales, la pandémie a intensifié les inégalités entre les hommes et les femmes au détriment de ces dernières, indique un récent rapport de la Commission européenne.

Premières victimes de la violence conjugale et en première ligne face au coronavirus, la gent féminine se trouve aujourd’hui fragilisée par l’impact négatif de la pandémie, indique un rapport de la Commission européenne publié le 5 mars en prévision de la Journée internationale des femmes le 8 mars.

Selon le document, ce sont principalement les femmes qui ont porté le lourd fardeau de la pandémie dans le secteur de la santé, car elles représentent la grande majorité des professionnels de la santé et des travailleurs sociaux, à savoir 76%, et l’écrasante majorité des aides-soignants, 86%.

«À cause de la pandémie, les femmes actives dans ces secteurs ont subi une augmentation sans précédent de leur charge de travail, des risques pour leur santé et des difficultés à concilier vie professionnelle et vie privée», précise le communiqué accompagnant la sortie du rapport.

Difficultés sur le marché du travail

Qui plus est, les femmes étant surreprésentées dans les secteurs les plus touchés par la crise, à savoir le commerce de détail, l’hôtellerie, ainsi que les soins et travaux domestiques, elles ont été lourdement affectées sur le marché du travail. Le document explique que les chiffres de la reprise partielle de l'été 2020 font état de la même tendance: alors que le taux d'emploi a augmenté de 1,4% pour les hommes entre les deuxième et troisième trimestres 2020, il l’a été seulement de 0,8% pour les femmes.

Parmi d’autres effets négatifs que la pandémie a produit sur les femmes, c’est «une incidence significative sur les soins non rémunérés» qui est mise en exergue, les femmes ayant, en moyenne, passé 62 heures par semaine à s'occuper d'enfants et 23 à accomplir des tâches ménagères, contre 36 et 15 heures par semaine, respectivement, pour les hommes.

Recrudescence de la violence domestique

Enfin, les confinements, éléments indissociables de la pandémie en Europe, qui ont débouché sur une hausse considérable de la violence conjugale, se sont avérés une vraie épreuve pour les femmes. Ainsi, au cours de la première semaine du confinement, le nombre de signalements de violence domestique en France a augmenté de 32%, informe le document.

«En Irlande, le nombre d'ordonnances émises pour protéger les victimes de violence domestique a été multiplié par cinq, et en Espagne, les autorités espagnoles ont fait état d'une augmentation de 18% des appels aux services d'aide au cours de la première quinzaine de confinement», est-il précisé.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Vers une suspension des brevets des vaccins anti-Covid: Big Pharma K.O. debout?
Tags:
pandémie, Commission européenne, violence domestique, égalité, femmes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook