Société
URL courte
Par
7323
S'abonner

La multinationale Unilever, qui possède les marques Dove, Axe ou encore Sunsilk, a annoncé son intention d’éliminer le mot «normal» de tous les emballages et de la publicité de l’ensemble de ses produits de soins personnels. La décision fait partie de la nouvelle stratégie de la société appelée «Beauté positive».

Le mot «normal» disparaîtra de tous les emballages et de la publicité de l’ensemble des marques de soins personnels appartenant à la multinationale néerlando-britannique Unilever, a annoncé cette dernière le 9 mars dans un communiqué.

«Nouvelle ère» de la beauté

La multinationale, qui possède des marques comme Dove, Axe ou Sunsilk, renonce à l’utilisation de ce mot dans le cadre du lancement de sa nouvelle stratégie «Beauté positive», précise le document.

Cette dernière est censée «promouvoir la nouvelle ère de la beauté qui est équitable et inclusive, ainsi que durable pour notre planète».

En finir avec la discrimination

D’après la société, la décision d’éliminer le mot «normal» est l’une des mesures qu’elle est en train de prendre afin de «défier les idéaux limités de beauté» pour aider à en «finir avec la discrimination et plaider en faveur d’une vision de la beauté plus inclusive».

S’appuyant sur son étude globale menée dans neuf pays à travers le monde, Unilever explique qu’utiliser le mot «normal» pour décrire les cheveux ou la peau «fait la plupart des gens se sentir exclus».  

Crème éclaircissante

En juin, la filiale indienne d’Unilever a annoncé vouloir rebaptiser sa crème éclaircissante pour la peau, commercialisée jusque-là localement sous le nom de «Fair & Lovely», car la marque «s'est engagée à célébrer tous les tons de peau».

Lire aussi:

Il donne des coups de pied à une voiture de police de Sevran, son interpellation dégénère – vidéo
«Affaire Rafale»: le scandale de trop pour le Parquet national financier?
Un avion de reconnaissance US intercepté sur fond de regain des tensions entre Washington et Moscou – vidéo
Tags:
Dove, cheveux, Unilever
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook