Société
URL courte
Par
5829
S'abonner

Le dropshipping, un système de livraison directe en ligne tout à fait légal, a permis la recrudescence d’arnaques en tout genre. Propulsé par les influenceurs, le business est plus que lucratif mais au vu des signalements pour fraude, l’État a décidé de se saisir du problème, depuis longtemps dénoncé par des consommateurs désabusés.

«Coucou mes amours… vous êtes nombreuses à me demander comment mes sourcils sont aussi parfaits. Eh bien grâce à ce produit, vous pouvez avoir les mêmes, sans passer par un institut…»

Ces produits miracles, promus par les nouveaux influenceurs fraîchement émoulus de la télé-réalité, tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Dotés d’une grande communauté et en échange d’une contrepartie financière, les influenceurs font la publicité d’articles dont ils assurent la qualité à leurs centaines de milliers d’abonnés parfois très jeunes. Un public qui n’a pas pour réflexe d’aller vérifier les mentions légales de ces sites aux méthodes douteuses: publicités mensongères, produits frauduleux et arnaques en tout genre…

Face à la multiplication de signalements et à la fraude à la TVA –établie à 7 milliards d’euros tout de même– au sein de l’Union européenne, Bercy a finalement décidé d’agir.

 

Lire aussi:

«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Les limites de la transparence? L’Élysée refuse de dévoiler les fiches de paie de Macron
Un chasseur russe intercepte deux avions de combat et un ravitailleur français au-dessus de la mer Noire - vidéo
Tags:
arnaque, influenceur, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook