Société
URL courte
Par
22542
S'abonner

Face aux accusations de laxisme judiciaire, Éric Dupond-Moretti a dégainé sa loi. Une réforme qui, à peine annoncée, est déjà critiquée et a de quoi surprendre. Ces nouvelles mesures à budget constant sont en effet loin de faire l’unanimité auprès des professionnels du droit. Explications avec Me Régis de Castelnau.

50% des Français interrogés se défieraient de la justice, selon une étude Cevipof. Une méfiance causée par des verdicts au mieux mal compris, au pire mal rendus. Pour tenter de rétablir une certaine confiance dans le système judiciaire, Éric Dupond Moretti a présenté une nouvelle réforme ce 14 avril: procès filmés, renforcement du secret professionnel de la défense et de l’encadrement des enquêtes préliminaires, fin des crédits de remises de peine automatiques mais surtout généralisation des cours criminelles départementales –à laquelle le garde des Sceaux était opposé lorsqu’il était avocat. Certaines de ces dispositions suscitent pour le moins l’incompréhension des avocats et des magistrats. Me Régis de Castelnau fait le point pour Sputnik:

«Il y a à boire et à manger. Certaines mesures sont intéressantes et d’autres dictées par des formes de populisme et de démagogie. Je constate qu’Éric Dupond-Moretti a envie de marquer son passage. La loi s’intitule "La restauration de la confiance en la justice", on va être très loin du compte avec ce qui est proposé», ironise-t-il.

En mai, le texte sera examiné en procédure accélérée par le Parlement alors que les professionnels du droit n’ont pas encore totalement assimilé les précédentes réformes établies depuis le début du quinquennat.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
Eric Dupond-Moretti, justice, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook