Société
URL courte
Par
4824
S'abonner

Un Californien a dépensé de manière extravagante les plusieurs millions de dollars reçus dans le cadre d’aides de l’État aux entrepreneurs touchés par la pandémie, s’offrant des Ferrari, Bentley et Lamborghini, ainsi que des vacances somptueuses.

Dans le cadre d’une enquête sur les fraudes liées aux aides de l’État accordées pour lutter contre les répercussions du Covid-19, un Californien de 38 ans a été arrêté le 7 mai, a fait savoir le parquet du district central de la Californie.

Mustafa Qadiri, habitant d’Irvine, a été mis en examen pour fraudes financière et électronique, vol d’identité et blanchiment d’argent.

Le Covid contre une Lamborghini

L’intéressé a monté quatre sociétés fantômes afin de bénéficier illégalement d’aides d’État dans le cadre de la loi Cares (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security), permettant aux Américains de toucher des aides d’urgences pour affronter l’impact économique de la pandémie.

En mai et juin 2020, Qadiri a bénéficié de prêts d'une durée de deux ans et d'un taux d'intérêt de 1% dans le cadre du programme «Paycheck Protection Program» (PPP), dispositif de la loi Cares pour que les entreprises continuent à assurer les salaires de leurs employés, même si leurs activités sont frappées par la crise.

Il a ainsi obtenu auprès de trois banques environ cinq millions de dollars (plus de quatre millions d’euros). Une somme qu’il a notamment dépensée en voitures de luxe et vacances somptueuses.

La police a saisi ses trois voitures de sport achetées avec des prêts PPP: une Ferrari, une Bentley et une Lamborghini, a informé le parquet le 7 mai.

​De plus, deux millions de dollars (1,65 million d’euros) ont été saisis.

Suite au plan d’aide, les fraudes se multiplient

La loi Cares a été approuvée par le Congrès en mars 2020. Elle prévoit plus de 2.000 milliards de dollars (1.650 milliards d’euros) d’aides aux Américains, PME et secteurs industriels les plus touchés par l’épidémie.

Le dispositif de cette loi, baptisé «Paycheck Protection Program» (PPP), offre aux entreprises employant 500 travailleurs ou moins des prêts à faible taux d’intérêt allant jusqu’à 10 millions de dollars (plus de huit millions d’euros), qui se transforment souvent en subventions, pour couvrir les coûts liés à la pandémie.

Parallèlement aux aides annoncées, les autorités américaines doivent combattre les fraudes liées à ces subventions. Depuis, la Californie a, à elle seule, annoncé plusieurs cas de fraudes au programme PPP. En novembre 2020, le parquet a accusé quatre habitants de Los Angeles de fraudes pour plus de 5,6 millions de dollars (4,6 millions d’euros).

En juillet de la même année, un autre Californien avait obtenu frauduleusement plus de 8,5 millions d’aides (sept millions d’euros) grâce au PPP.

Enfin, dès mai 2020, le parquet avait inculpé le producteur hollywoodien William Sadleir pour avoir bénéficié de plus de 1,7 million d’aides (1,4 million d’euros) sous le même programme PPP. Une somme qu’il a utilisée à des fins personnelles.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Les temps forts du sommet Poutine-Biden à Genève
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
Tags:
États-Unis, Covid-19, programme d'aide, fraude
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook