Société
URL courte
Par
3336
S'abonner

Alors que la version bio d’un produit coûte plus cher que celle habituelle, elle ne se distingue pas toujours par une meilleure qualité, conclut 60 Millions de consommateurs qui a consacré un numéro spécial à ces produits dont la consommation en France est en hausse depuis 2015.

Dans son dernier hors-série consacré au bio, le magazine 60 Millions de consommateurs passe en revue les avantages et les inconvenants de cette série de produits. En comparant les versions bio et non-bio d’une seule marque, le mensuel, édité par l'Institut national de la consommation (INC), arrive notamment à la conclusion que les produits bio, en général plus coûteux, ne sont pas forcément de meilleure qualité. Au moins, pas dans tous les cas.

Ainsi, après avoir réalisé 13 tests comparatifs au cours desquels l’INC a analysé les deux versions d’un même produit, l’Institut conclut qu’en comparaison avec leurs versions bio, certains produits conventionnels ont une plus grande quantité de l'ingrédient principal et donc disposent de meilleures qualités nutritives. Il s’agit, entre autres, de certains produits transformés.

Un prix plus élevé mais pas toujours justifié

Qui plus est, le magazine fait savoir que même si la différence de prix entre les deux versions n’est pas toujours visible sur l’étiquette, en réalité elle existe assez souvent. L’INC explique que les portions bio sont normalement plus petites. C’est pour cela que même quand ils sont vendus à un prix comparable à celui de la version habituelle, les aliments bio coûtent plus cher.

Consommation stable en France

Selon un rapport de l’Ifop sur la consommation de viande bio en France, publié en novembre 2020, la proportion de consommateurs hebdomadaires d’aliments bio est «en hausse continue» et ce depuis 2015. En 2020, 54% des sondés se sont déclarés consommateurs hebdomadaires de ces aliments, ce qui représente une part stable par rapport à 2019. La tendance est à peu près la même pour les Français qui consomment du bio sur une base quotidienne. En 2020, leur part a été de 15%.

Une autre caractéristique, révélée par le sondage, atteste de l’attirance de ce type de produits pour les Français: «de façon invariable depuis 2017», neuf sondés sur 10 indiquent consommer au moins occasionnellement de tels aliments.

Lire aussi:

Une personne vaccinée peut-elle être considérée comme cas contact?
Président «jupitérien»: «Macron s’est trompé d’époque, il en subit les conséquences» - vidéo
Découverte d’un charnier au Canada: qui étaient ces enfants victimes de la mission civilisatrice imposée par l’Occident?
Tags:
consommation, bio
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook