Société
URL courte
Par
17953
S'abonner

En Corée du Nord, où déjà environ 40% de la population souffre de malnutrition, la situation alimentaire «devient tendue», fait savoir Kim Jong-un, alors que le pays est sous sanctions internationales et coupé de toute relation commerciale avec la Chine.

Le dirigeant nord-coréen est sorti de son habituel silence pour annoncer que le pays fait face à une pénurie alimentaire. Lors d’une réunion plénière du Comité central du Parti des travailleurs au pouvoir, il a fait savoir qu’actuellement la Corée du Nord affronte «certains obstacles et difficultés», rapporte le Pyongyang Times.

«La situation alimentaire de la population devient tendue, car le secteur agricole n'a pas réussi à mettre en œuvre son plan de production des céréales en raison des dégâts causés par le typhon de l'année dernière», expose-t-il.

Selon le Programme alimentaire mondial de l’Onu (l'une des rares associations humanitaires internationales à être présente en Corée du Nord), environ 40% de la population est sous-alimentée, et l'insécurité alimentaire et la malnutrition chronique sont généralisées dans le pays.

«Cette rare reconnaissance officielle au plus haut niveau que la situation alimentaire devient tendue indique à quel point Pyongyang prend la question au sérieux», commente Rachel Minyoung Lee, experte du groupe de réflexion américain Stimson Center, auprès de l’agence Bloomberg.

La Corée du Nord lutte contre des pénuries alimentaires chroniques. La situation s’est aggravée quand l’année dernière Pyongyang a décidé de fermer ses frontières à cause de la pandémie, affectant les relations commerciales avec la Chine. De plus, Kim Jong-un a repoussé les appels des États-Unis à reprendre les négociations sur le désarmement nucléaire, ce qui aurait pu soulager les sanctions internationales sous lesquelles le pays se trouve actuellement.

Un esprit révolutionnaire

Néanmoins, le «respecté camarade» Kim Jong-un, comme l’appelle la presse nord-coréenne, affirme que la situation économique s'est améliorée et qu’au cours de la première moitié de l’année la production industrielle a augmenté, ajoutant que s'assurer de «bonnes récoltes» est une priorité absolue.

«Désormais, le temps est venu pour faire jouer pleinement l'esprit révolutionnaire inébranlable et les principes combatifs de l'autonomie et du courage, la puissance vitale propre à la révolution coréenne», informe le dirigeant, dont le pays a été à plusieurs reprises ravagé par la famine.

Toujours d’après le Pyongyang Times, Kim Jong-un a «clarifié les tâches urgentes» pour affronter la crise sanitaire. Le régime soutient que l'épidémie de Covid-19 n'est pas arrivée sur son sol, ce qui est contesté par certains experts. Pourtant, les autorités ont décrété la fermeture des frontières et des restrictions des voyages intérieurs.

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Tags:
malnutrition aiguë sévère (MAS), famine, Kim Jong-un, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook