Société
URL courte
Par
215
S'abonner

La pandémie de Covid-19 a intensifié la consommation de drogues dans le monde en 2020, avec quelque 275 millions de personnes qui ont consommé des stupéfiants et plus de 36 millions d'autres souffrant de troubles liés à la consommation de drogues, selon l’Onu.

Le dernier Rapport mondial sur les drogues, publié par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), relève en outre qu'au cours des 24 dernières années, la nocivité du cannabis a été multipliée par quatre dans certaines parties du monde, alors même que le pourcentage d'adolescents qui perçoivent cette drogue comme nocive a chuté de 40%, malgré les preuves que la consommation de cannabis est associée à une variété de méfaits, notamment sur la santé, en particulier chez les consommateurs réguliers à long terme.

"Une perception plus faible des risques liés à la consommation de drogues a été liée à des taux plus élevés de consommation de drogues, et les conclusions du Rapport mondial sur les drogues 2021 de l'ONUDC soulignent la nécessité de combler le fossé entre la perception et la réalité afin d'éduquer les jeunes et de préserver la santé publique", a déclaré la Directrice exécutive de l'ONUDC, Ghada Waly, citée dans un communiqué.

Mme Waly a signalé que le thème de la Journée internationale contre l'abus et le trafic illicite de drogues de cette année, L'abus de drogues : en parler, c'est sauver des vies’ "souligne l'importance de renforcer la base de données factuelles et de sensibiliser le public, afin que la communauté internationale, les gouvernements, la société civile, les familles et les jeunes puissent prendre des décisions en connaissance de cause, mieux cibler les efforts de prévention et de traitement de la consommation de drogues, et relever les défis mondiaux en matière de drogues".

Selon le rapport, le pourcentage de Δ9-THC - le principal composant psychoactif du cannabis - est passé d'environ 6% à plus de 11% en Europe entre 2002 et 2019, et d'environ 4% à 16% aux Etats-Unis entre 1995 et 2019, tandis que le pourcentage d'adolescents percevant le cannabis comme nocif a diminué de 40% aux Etats-Unis et de 25% en Europe.

En outre, la plupart des pays ont signalé une augmentation de la consommation de cannabis pendant la pandémie. Dans des enquêtes menées auprès de professionnels de la santé dans 77 pays, 42% ont affirmé que la consommation de cannabis avait augmenté. Une augmentation de l'utilisation non médicale de médicaments a également été observée au cours de la même période.

Le nouveau rapport montre aussi que les marchés de la drogue ont rapidement repris leurs activités après la perturbation initiale au début de la pandémie, une poussée qui a déclenché ou accéléré certaines dynamiques de trafic préexistantes sur le marché mondial de la drogue.

Parmi celles-ci, le rapport cite des expéditions de plus en plus importantes de drogues illicites, une augmentation de la fréquence des Itinéraires terrestres et fluviaux utilisés pour le trafic, un recours accru aux avions privés pour le trafic de drogues et une recrudescence de l'utilisation de méthodes sans contact pour livrer les drogues aux consommateurs finaux.

La résilience des marchés de la drogue pendant la pandémie a démontré une fois de plus la capacité des trafiquants à s'adapter rapidement aux changements d'environnement et de circonstances, selon la même source.

Lire aussi:

Éboulement sur un chantier: un mort, le trafic TGV de Montparnasse interrompu
L'armée syrienne repousse une attaque aux missiles de l'aviation israélienne près de Damas
Vladimir Poutine s'exprime sur les nouvelles armes de la Marine russe
Tags:
Covid-19, ONU, drogue
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook