Société
URL courte
Par
17794
S'abonner

Des médias européens, dont le Figaro, ont accepté de publier un message publicitaire du Premier ministre hongrois Viktor Orban portant sur l’avenir de l’Union européenne. Deux quotidiens belges ont pour leur part refusé, arguant que la Hongrie bafoue les libertés fondamentales des minorités sexuelles.

Un publi-communiqué du gouvernement de la Hongrie est apparu mardi 29 juin dans la version papier du Figaro. Le même message a également été publié par d’autres médias européens à grand tirage, comme le quotidien danois Jyllands-Posten, ou encore le journal espagnol ABC.

Le texte présente sept «propositions» de la Hongrie pour l’avenir de l’Union européenne. Signé par Viktor Orban en personne, il porte entre autres sur la menace «de la migration de masse et les pandémies». «Nous devons défendre les citoyens de l’Europe», écrit Orban, sans développer. Sans surprise, le Premier ministre hongrois prône le renforcement du rôle des parlements nationaux et critique le Parlement européen. Enfin, il exhorte à inclure la Serbie au sein de l’UE.

​Une exception belge

Si la campagne de communication d’Orban vise plusieurs pays européens, deux quotidiens belges, De Standaard et La Libre Belgique, ont refusé de publier le texte du chef du gouvernement hongrois.

«De Standaard a décidé de ne pas publier cette annonce. Parce qu'il est trop cynique de vendre de l'espace médiatique à un chef de gouvernement qui a restreint la liberté de la presse dans son pays», écrit le quotidien dans un article intitulé «L'amour ne peut plus être dicté». À la place de la publicité, le journal a publié une pleine page anti-Orban en reprenant les couleurs du drapeau LGBT+.

​Un autre quotidien belge, La Libre Belgique, a également refusé, ajoutant que la loi discriminatoire et stigmatisante envers les communautés homosexuelles n’a pas contribué à améliorer l’image de la Hongrie en dehors de ses frontières.

La loi controversée

Mi-juin, la Hongrie a adopté un texte interdisant la «promotion» de l’homosexualité auprès des mineurs. L’amendement, qui devrait entrer en vigueur courant juillet, a été approuvé par 157 députés, dont ceux du parti au pouvoir, le Fidesz. L’opposition a boycotté le vote. Le texte interdit tout contenu représentant «la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité» auprès des mineurs. Ainsi, plusieurs programmes éducatifs, livres ou séries qui font «la promotion» des minorités sexuelles et de genre ne seront plus autorisés.

La Commission européenne a jugé le texte discriminatoire et contraire aux valeurs européennes. Dans une récente lettre adressée à l’exécutif hongrois, Bruxelles a exposé ses préoccupations juridiques. Vera Jourova, vice-présidente de la Commission, a déclaré ce 30 juin lors d’une conférence de presse que Bruxelles attend «l'annonce que cette loi n'entrera pas en vigueur», sinon la Commission envisagera de saisir la Cour européenne de justice ou appliquera des sanctions financières.

Mais même au sein de l’UE, il n’existe pas d’opinion unie sur la ligne politique d’Orban: si le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a sommé la semaine dernière son collègue hongrois de respecter les droits des minorités sexuelles ou de quitter l'UE, le Président tchèque Milos Zeman a déclaré le 27 juin qu'il trouvait les personnes transgenres «dégoûtantes».

Lire aussi:

Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Tags:
Viktor Orban, LGBT, minorités, loi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook