Société
URL courte
Par
0 52
S'abonner

Dans un classement annuel des passeports les plus utiles en matière de voyage, le Japon et Singapour viennent en tête, dépassant le Royaume-Uni ou les États-Unis. La France est septième. Le nombre réel de destinations accessibles s’avère beaucoup moins important en temps de pandémie.

Les voyages à travers le monde continuent d'être entravés par la pandémie, selon le récent Classement Henley des passeports. Le nouveau rapport de Henley & Partners, publié chaque année depuis 2006 et tenant compte du nombre de destinations où les titulaires de différents passeports peuvent aller, montre que l'écart entre l'accès théorique et réel offert reste important.

Des pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis ont beau être titulaires des passeports les plus puissants au monde, le coronavirus impose ses propres règles. Les restrictions décrétées par de nombreux pays pour contenir la propagation de la maladie limitent les possibilités de voyage. Ce classement place ainsi le Japon en tête et Singapour en deuxième position, suivis par l’Allemagne et la Corée du Sud qui se partagent la troisième place.

La réalité ne rime pas avec la théorie

En théorie, un passeport japonais vous donnera accès sans visa, ou avec un visa à l'arrivée, à 193 pays, le meilleur score au monde. En pratique, compte tenu des limitations liées au coronavirus, il permet une entrée dans seulement 75 destinations, d'après le rapport.

Les détenteurs de passeports singapouriens peuvent en théorie entrer dans 192 pays, mais en pratique, leur nombre se limite à 70, ce qui est égal à la République dominicaine.

Le Royaume-Uni et les États-Unis sont à la 7e place du classement, avec 187 destinations. En réalité, les Britanniques peuvent accéder à moins de 60 d’entre elles, donc autant que les détenteurs de passeports de l'Ouzbékistan. Les Américains sont dans la même situation que les ressortissants du Rwanda, note CNN.

La France s’est classée sixième avec 188 destinations accessibles en théorie. En réalité son score est équivalent à celui de la Papouasie-Nouvelle Guinée (82). La Russie s'y est classée 51e.

Le tourisme en chute libre

Selon le président de Henley & Partners, Christian Kaelin, la mobilité mondiale sera «sérieusement entravée au moins tout au long de 2021».

Depuis le début de la pandémie, le secteur du tourisme de l'Union européenne a subi une baisse totale de 90%, précise le site SchengenVisainfo. Le Royaume-Uni a ainsi enregistré une chute de 73% du nombre de touristes, et les États-Unis de 69%.

L’introduction d’un passeport sanitaire est considérée comme l’une des mesures capables de remédier à cette situation. Depuis le 1er juillet, la présentation d’un pass sanitaire est requise pour voyager librement au sein de l’Union européenne. Ce document est en effet censé simplifier les contrôles aux frontières et éviter des restrictions telles qu’une quarantaine obligatoire, mais aussi permettre d’éviter que chaque pays exige un carnet de vaccination différent.

Cependant, la lenteur des programmes de vaccination suscite des inquiétudes, souligne SchengenVisainfo. Qui plus est, l'Association du transport aérien international (IATA, de l'anglais International Air Transport Association) a appelé les gouvernements à ne pas restreindre les déplacements à ceux vaccinés contre le virus. D'après le directeur général de IATA, Willie Walsh, «la liberté de voyager est essentielle».

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
Covid-19, voyages, passeport
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook