Société
URL courte
Par
6117
S'abonner

En s’envolant dans l’espace, le milliardaire britannique Richard Branson vient non seulement d’accomplir son rêve d’enfant, mais aussi d’inaugurer la nouvelle ère du tourisme spatial. Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, effectuera un vol similaire dans une semaine. Pour le moment la demande dépasse largement l’offre.

Sir Richard Branson a effectué son premier vol suborbital à bord d'un vaisseau de l'entreprise Virgin Galactic, fondée par lui-même il y a 17 ans.

«J'ai rêvé de ce moment depuis que je suis enfant, mais rien ne pouvait me préparer à voir la Terre depuis l'espace. Nous sommes à l'avant-garde d'une nouvelle ère spatiale», a-t-il déclaré en revenant sur Terre.

Outre le milliardaire, deux pilotes et trois autres passagers (employés de Virgin Galactic) se trouvaient à bord. Un avion porteur, conduit par deux pilotes, a décollé d'une piste traditionnelle depuis le Nouveau-Mexique, aux États-Unis, le 11 juillet. À environ 15 kilomètres d'altitude, le vaisseau s'est détaché de ce dernier et a entamé une ascension supersonique jusqu'à ce qu’il dépasse les 80 km d'altitude, la hauteur considérée pour la frontière de l'espace. Une fois le moteur coupé, les passagers ont pu flotter quelques minutes en apesanteur et s’offrir un panorama à couper le souffle.

«À la prochaine génération de rêveurs: si nous pouvons le faire, imaginez ce que vous pouvez faire!», a lancé le milliardaire en pleine euphorie, alors que les autres passagers flottaient dans la cabine.

​Désormais, Virgin Galactic envisage deux nouveaux vols d'essai et table sur un début des opérations commerciales régulières pour 2022. L’entreprise ambitionne de mener 400 vols par an depuis Spaceport America, son propre hub au Nouveau-Mexique.

«Notre mission est de rendre l'espace plus accessible à tous», a avancé Branson, bien que le coût d’un vol atteigne des centaines de milliers de dollars.

Environ 600 billets ont déjà été vendus à des personnes de 60 pays différents pour un prix compris entre 200.000 et 250.000 dollars.

Course à l’espace

La NASA a félicité le milliardaire en qualifiant sur Twitter ce vol de «vraiment spectaculaire».

​Un autre milliardaire rival, le patron de SpaceX Elon Musk, était présent sur place pour l'événement.

Le fondateur d’Amazon Jeff Bezos, qui s’apprête aussi à s’envoler dans l’espace dans quelques jours, a également félicité M. Branson. «Richard Branson et l'équipage, félicitations pour le vol. J'ai hâte de rejoindre le club», a-t-il écrit sur Instagram.

Le vol de Bezos, qui a fondé à cette fin sa propre entreprise Blue Origin spécialisée dans le tourisme spatial, est programmé pour le 20 juillet. Il effectuera son premier voyage à bord d’une capsule propulsée par fusée réutilisable. Quatre passagers seront à bord: Jeff Bezos, son frère Marc, Wally Funk, une pilote de 82 ans et une personne dont le nom n’a pas encore été dévoilé. Les modalités du vol sont similaires à celui de Richard Branson. La fusée devra atteindre 100 kilomètres au-dessus de la Terre, et les membres de l’équipage seront en apesanteur durant environ trois minutes. Mais contrairement au vaisseau de Branson, la capsule de Bezos volera de manière autonome, sans pilote.

«Ce n'était vraiment pas une course. Nous souhaitons le meilleur à Jeff», a développé le fondateur du groupe Virgin durant la conférence de presse suivant le vol.

«Demande phénoménale»

Si par son vol Richard Branson espère inaugurer l'ère des vols commerciaux dans l'espace, pour le moment il demeure plus de questions que de réponses.

Selon Christophe Bonnale, expert à la direction des lanceurs du CNES, dans le secteur la demande dépasse largement l’offre. «C’est étonnant mais il y a une demande phénoménale. Il y a eu plusieurs analyses menées par des instituts tout à fait réputés comme Ipsos, qui montrent qu’il y a 50.000 demandes par an. […] L’offre, pour le moment il n’y en a pas réellement, il n’y a que deux véhicules», explique-t-il sur RTL.

Le vol suborbital n’a rien en commun avec navigation spatiale professionnelle, mais c’est un «évènement marquant en termes à la fois de développement de la technologie et d'expansion de la capacité de l'humanité à regarder notre planète depuis l'espace», a indiqué sur Twitter Dmitri Rogozine, directeur général de Roscosmos, agence russe chargée du programme spatial.

Certains restent toutefois assez réservés. «Même si voir la courbure de l'espace remue l'âme et peut créer un sentiment positif et protecteur pour la planète, on peut se demander s'il est nécessaire de dépenser autant d'énergie pour cela, d'autant que le tourisme spatial de masse pourrait générer de la pollution», a fait remarquer à L’Express en avril Yaël Nazé, astrophysicienne à l'université de Liège.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
Tags:
Richard Branson, Jeff Bezos, espace, tourisme spatial
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook