Société
URL courte
Par
6287
S'abonner

Le consul général de France à Ekaterinbourg a offert ​un présent culinaire aux médecins locaux à l’occasion du 14 juillet, selon la chaîne Oural. Alors que le diplomate présente la cuisine française aux docteurs de la 4e ville russe, les professionnels continuent d’analyser une nouvelle loi russe sur les boissons alcoolisées

Pierre-Alain Coffinier, consul général de France à Ekaterinbourg, a offert mercredi 14 juillet 2021 un cadeau gastronomique aux médecins de la ville russe, fait savoir l’antenne locale Oural de la chaîne de télévision russe Rossiya 1.

À l’occasion de la Fête nationale française, le consulat général de France a organisé un déjeuner avec des plats de la cuisine traditionnelle de l’Hexagone dans le 3e hôpital de la ville d’Ekaterinbourg.

Pierre-Alain Coffinier a expliqué à la chaîne Oural qu’il s’agit d’un hommage aux professionnels de la médecine, qui se trouvent actuellement à l’avant-garde de la lutte pour les vies de gens, et de la volonté de leur présenter la partie gastronomique de la culture française.

Le menu des déjeuners, offerts par la mission diplomatique de France, a compris une salade niçoise, un sandre cuit au four avec du riz et des légumes, des croissants et de la Pavlova pour le dessert.

Le consulat général de France a au total transmis aux autorités sanitaires 210 repas qui seront distribués parmi le personnel des établissements médicaux de la 4e ville russe.

«Guerre du champagne»?

Le geste de courtoisie du membre de la diplomatie française dans l’Oural russe arrive au milieu des tensions, médiatisées et parfois hystériques, entre la France et la Russie provoquées par une nouvelle loi sur les boissons alcoolisées.

Entré en vigueur le 2 juillet, cet acte législatif russe apporte des changements dans le système de classification des boissons alcoolisées en Russie. La loi enlève de cette classification une catégorie «champagne», qui n’est d’ailleurs pas associée dans l’esprit de beaucoup de Russes à uniquement l’appellation d’origine contrôlée française mais souvent avec tous les vins effervescents, pour légaliser la mention plus générale «vin mousseux». Les producteurs français de champagne et les importateurs du champagne en Russie sont désormais obligés à faire figurer sur la contre-étiquette de leurs bouteilles la mention «vin mousseux» en langue russe.

La nouvelle a suscité en France toute une panoplie de réactions de la part des professionnels de la filière champenoise et des autorités françaises.

Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, lors de son allocution à l’Assemblée nationale le 6 juillet, a menacé Moscou de poursuites en raison des nouvelles règles, qui, selon lui, obligent des fabricants français à renoncer à l’appellation «champagne» pour le marché russe.

La famille Drappier, propriétaire de la maison de champagne éponyme, a évoqué la semaine dernière ses craintes que le consommateur russe soit trompé, ainsi que ses préoccupations d'une banalisation de l'appellation «champagne» sur les marchés mondiaux.

En même temps, la maison Taittinger a appelé à éviter les «réactions excessives» pour analyser plus attentivement des nouvelles prescriptions de la loi russe et préserver le marché en Russie.

Le ministre du Commerce extérieur de l’Hexagone, Franck Riester, a déclaré le 9 juillet que la France espérait régler par la négociation le contentieux avec la Russie concernant la loi sur l'étiquetage du champagne, qui pourrait concerner d'autres produits comme le cognac.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
gastronomie, Fête nationale française (14 juillet), médecine, Ekaterinbourg, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook