Ecoutez Radio Sputnik
    Sports

    L'indépendance du Kosovo reconnue par trois fédérations sportives internationales

    Sports
    URL courte
    0 0 0
    BELGRADE, 15 août - RIA Novosti. Trois fédérations sportives internationales ont reconnu jeudi l'indépendance proclamée unilatéralement par la province serbe du Kosovo le 17 février 2008, ont rapporté les médias électroniques kosovars se référant au ministère de la Culture, des Jeunes et des sports.

    La Fédération Internationale des Luttes Associées (FILA), la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF) et la Fédération internationale de Softball (ISF) ont approuvé les demandes d'adhésion du Kosovo portant à quatre le nombre des organismes sportifs internationaux qui l'ont reconnu.

    La fédération kosovare de tennis de table est reconnue par la Fédération internationale de Tennis de Table (ITTF) depuis 2003. Cette année, les athlètes kosovars ont participé aux championnats du monde de tennis de table par équipes.

    Toutefois, le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale du football association (FIFA), l'Union des associations européennes de football (UEFA), la Fédération internationale de volleyball (FIVB), la Confédération Européenne de Volleyball (CEV), la Fédération internationale de basketball (FIBA) et d'autres organismes internationaux ont rejeté les demandes des Fédérations nationales du Kosovo.

    L'indépendance du Kosovo est reconnue par plus de 40 pays dont des États membres de l'UE et les États-Unis. La Russie et la Serbie refusent de reconnaître l'indépendance de la province, que les autorités de Pristina ont proclamée en infraction aux normes du droit international, selon elles.

    Lire aussi:

    Levée des visas pour l’UE: le Kosovo risque de se dépeupler de plus de la moitié
    Le Kosovo vote pour la création d’une armée nationale, regain de tension dans les Balkans
    Comme il était à prévoir, les karatékas kosovars n’iront pas en Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik