Ecoutez Radio Sputnik
    FIFA

    FIFA: le président de la CAF rejette des accusations de corruption

    © Sputnik . Alexander Vilf
    Sports
    URL courte
    0 0 0

    Issa Hayatou (Cameroun), membre du comité exécutif de la FIFA, a "catégoriquement rejeté" mercredi les accusations d'avoir vendu son vote au Qatar, élu pays hôte de la Coupe du monde 2022, a annoncé la Confédération africaine de football (CAF).

    Issa Hayatou (Cameroun), membre du comité exécutif de la FIFA, a "catégoriquement rejeté" mercredi les accusations d'avoir vendu son vote au Qatar, élu pays hôte de la Coupe du monde 2022, a annoncé la Confédération africaine de football (CAF).

    Dans un communiqué publié par le site officiel de la CAF, M.Hayatou a qualifié de "pure invention" les accusations formulées mardi par le parlementaire britannique Damian Collins lors d'une discussion consacrée aux raisons pour lesquelles le Royaume-Uni n'avait pas gagné le droit d'accueillir le Mondial.

    M.Collins a cité l'hebdomadaire Sunday Times qui aurait des preuves non encore dévoilées selon lesquelles le Camerounais Hayatou et son collègue ivoirien Jacques Anouma avaient monnayé leur vote pour le Qatar. Selon le journal, les deux membres du Comité exécutif ont reçu un pot-de-vin de 1,5 million de dollars.

    Cependant, le président de la Confédération asiatique de football (AFC), Qatarien Mohammed bin Hammam, candidat à la présidence de la FIFA, a exigé des preuves. "Je peux vous assurer que nous n'avons fait rien de tout cela. Si quelqu'un veut porter préjudice à notre réputation, il devra présenter des preuves. On ne peut pas accuser les personnes comme ça", a déclaré le responsable, cité par le site football365.com.

    Lire aussi:

    Privés de Coupe d'Afrique des Nations de foot, les Camerounais déçus et ulcérés
    CAN 2021, nouvelle volte-face du président de la confédération africaine de football
    Le Cameroun perd l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2019
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik