Ecoutez Radio Sputnik
    Sports

    Athlétisme - dopage: le CIO disqualifie quatre médaillés des JO d'Athènes

    Sports
    URL courte
    0 0 0

    Le Comité international olympique (CIO) a annoncé mercredi avoir disqualifié pour dopage quatre médaillés des Jeux Olympiques 2004 d'Athènes dont deux Biélorusses, une Russe et un Ukrainien.

    Le Comité international olympique (CIO) a annoncé mercredi avoir disqualifié pour dopage quatre médaillés des Jeux Olympiques 2004 d'Athènes dont deux Biélorusses, une Russe et un Ukrainien.

    Les Biélorusses Ivan Tsikhan (vice-champion olympique au lancer du marteau) et Iryna Yatchenko (médaillée de bronze au lancer du disque), la Russe Svetlana Krivelyova (médaillée de bronze au lancer du poids) et l'Ukrainien Yuriy Bilonog (champion au lancer du poids) ont été disqualifiés après la découverte de résultats anormaux lors des analyses anti-dopage supplémentaires effectuées sur leurs échantillons conservés depuis les Jeux olympiques.

    Les deux athlètes biélorusses ont été contrôlés positifs au métabolite de la méthandiénone, alors que l'Ukrainien et la Russe sont positifs au métabolite de l'oxandrolone.

    Le méthandiénone et l'oxandrolone sont des stéroïdes anabolisants interdits en permanence (en et hors compétition).

    Les quatre athlètes se verront retirer leurs médailles olympiques d'Athènes.

    La Russe Svetlana Krivelyova a remporté sa médaille olympique au lancer du poids après la disqualification pour dopage de la championne dans cette catégorie, la Russe Irina Korzhanenko. La Biélorusse Nadezhda Ostapchuk, qui a terminé à la 4e place au lancer du poids à Athènes en 2004 et a décroché le titre olympique à Londres, a aussi récemment été disqualifiée pour dopage.

    Lire aussi:

    Le CIO annonce sa décision sur la participation de la Russie aux JO 2018
    Le Comité olympique russe réadmis au sein du CIO
    Le CIO vote à l’unanimité la levée de la suspension de la Russie, mais après les JO 2018
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik