Sports
URL courte
23283
S'abonner

Pourquoi les exploits sportifs sont indissociablement liés au dopage.

Un nouveau scandale de dopage a éclaté cette semaine avec la publication d'un rapport de l'Agence mondiale antidopage (AMA) préconisant d'interdire la participation de tous les athlètes russes aux prochains Jeux olympiques. Des débats enflammés ont immédiatement éclaté autour des conclusions de l'Agence. Sputnik a tenté de comprendre ce qu'est le dopage, quels produits sont interdits et comment dépiste-t-on les contrevenants.

Les produits autorisés

Le médecin pharmacologue joue un rôle important dans le sport. La liste des produits qui ne sont pas considérés comme des produits dopants est très longue et peut être répartie en plusieurs catégories:

1. Les produits qui assurent le besoin des cellules de l'organisme en nutrition intensive au cours des efforts excessifs (vitamines, acides aminés, cocktails protéinés, complexes de minéraux, régulateurs du métabolisme protéique).

2. Les produits qui aident à supporter des efforts intenses augmentant la force et l'endurance, améliorant la concentration, la résistance au stress (antioxydants, stimulants, produits nootropes, stimulateurs de la circulation sanguine, neuroprotecteurs, immunomodulateurs).

3. Les produits permettant de récupérer efficacement après les entraînements ou les épreuves.

La pharmacologie sportive intervient aussi quand les sportifs tombent malade, se blessent, souffrent de divers troubles métaboliques — provoqués par des produits autorisés ou interdits. Tout cela doit être corrigé. Les médecins gèrent aussi l'adaptation du sportif à un fuseau horaire inhabituel car le décalage horaire peut impacter le résultat.

En d'autres termes, même un sportif en bonne santé qui n'enfreint pas les règles de l'AMA consomme une grande quantité de produits.

Les produits interdits

Les produits interdits sont également nécessaires pour améliorer les performances du sportif pendant les épreuves ou encore accélérer la prise de masse musculaire. Alors pourquoi sont-ils interdits? Parce qu'ils sont dangereux pour la santé et la vie du sportif. Des athlètes sont déjà morts du dopage, parfois même au cours d'une compétition. Le premier cas avéré de mort suite au dopage a été enregistré en 1886 quand le cycliste anglais David Linton est décédé d'une overdose de triméthyle. En 1960, le cycliste danois Kurt Jensen est mort aux JO de Rome après avoir ingéré des amphétamines.

L'ensemble des produits dopants peut être divisé en deux catégories: ceux qui aident à améliorer les résultats, et ceux qui permettent de masquer l'usage des premiers. Par leur mécanisme d'action, on distingue quatre principaux groupes:

Les stimulants. Leur histoire est la plus riche et commence avec les amanites des vikings berserks — les premières à être apparues dans le sport professionnel en tant que produit dopant. Ces substances poussent l'organisme à travailler à l'usure, mais pas sans conséquence. Au XIXe siècle déjà, les sportifs utilisaient l'adrénaline et la noradrénaline, avant d'avoir recours aux drogues synthétiques comme les amphétamines. Les efforts physiques intenses augmentent le risque d'apparition d'effets secondaires après la prise de tels produits.Les stimulants. Leur histoire est la plus riche et commence avec les amanites des vikings berserks — les premières à être apparues dans le sport professionnel en tant que produit dopant. Ces substances poussent l'organisme à travailler à l'usure, mais pas sans conséquence. Au XIXe siècle déjà, les sportifs utilisaient l'adrénaline et la noradrénaline, avant d'avoir recours aux drogues synthétiques comme les amphétamines. Les efforts physiques intenses augmentent le risque d'apparition d'effets secondaires après la prise de tels produits.

Les anabolisants. Les produits anabolisants permettent d'accroître rapidement la masse musculaire. Parmi les anabolisants les stéroïdes, plus précisément les hormones de croissance masculines et leurs dérivés, jouent un rôle important (et historiquement primordial). Dans les années 1970 et 1980 on a constaté une ruée sur les stéroïdes anabolisants, notamment parmi les haltérophiles. Cependant, une prise de stéroïdes n'est pas non plus sans conséquence.

Les antagonistes des récepteurs beta2-adrénergiques font partie de cette catégorie, qui peuvent entraîner une tachycardie, des tremblements et une excitation excessive. Ce sont eux qui ont provoqué l'augmentation significative du nombre de prétendus "asthmatiques" dans le sport de haut niveau car ils soignent cette maladie — ils sont autorisés aux sportifs s'ils ont une ordonnance médicale. Et il n'est pas difficile d'en obtenir pour le membre d'une équipe nationale.

Au XXIe siècle, on a commencé à parler d'une autre classe de produits anabolisants, les bloqueurs de myostatine, qui empêchent la croissance de tissu musculaire excessif dans l'organisme. Aujourd'hui, il existe déjà des produits pour bloquer l'action de la myostatine. Les individus qui subissent la mutation du gène de myostatine sont physiquement repoussants et souffrent de sérieux troubles du métabolisme.

Les agents métaboliques sont des produits à action diverse stimulant un indice physiologique en particulier. Les agents métaboliques les plus répandus permettent au sang de transporter davantage d'oxygène, et la substance la plus connue parmi eux est l'érythropoïétine (EPO) stimulant la sécrétion d'érythrocytes dans la moelle osseuse. L'EPO est utilisée par les athlètes, notamment les coureurs de longues distances, car l'érythropoïétine augmente considérablement l'endurance des efforts aérobie.

La transfusion sanguine, qui augmente la teneur en érythrocytes, conduit à des résultats similaires.

Hormis les produits augmentant la quantité d'oxygène dans le sang, on peut aussi mentionner l'insuline, d'autres hormones et des facteurs de croissance. Leur danger? Ils stimulent des processus métaboliques, et l'accélération de la croissance du tissu et du métabolisme enfreint significativement les processus naturels dans l'organisme, ce qui risque d'entraîner des conséquences imprévisibles. De plus, l'injection de telles substances réprime leur synthèse dans l'organisme, et de graves problèmes surviennent après la cessation du dopage.

Les agents masquants. Ces produits n'influencent pas le résultat mais servent à éliminer le plus vite possible de l'organisme les traces de consommation de produits interdits. En règle générale, il s'agit de diurétiques mais on trouve aussi des produits fluidifiant le sang et diminuant la concentration de produits interdits. Sont-ils dangereux pour la santé? Dans une moindre mesure que le dopage "classique".

De nombreux sportifs se font "prendre" sur ce type de dopage sans vouloir masquer quelque chose de grave. Le fait est que les diurétiques font partie de nombreux bio-additifs pour réduire le poids. Cependant, cet argument n'est pas considéré comme valable par les instances anti-dopage.

Comment dépiste-t-on les produits interdits?

Avant les épreuves et inopinément entre les épreuves, on prélève des échantillons d'urine et de sang. Les laboratoires certifiés de l'AMA procèdent à l'analyse pour y déceler des résidus de produits interdits.

Les laboratoires modernes utilisent des méthodes très sophistiquées pour dépister des produits interdits ou leurs métabolites (le résultat de leur transformation dans l'organisme): la chromatographie et la spectrométrie de masse.

Le dopage et la lutte antidopage sont une éternelle course poursuite: les pharmacologues cherchent de nouveaux moyens de stimulation pour les sportifs, tandis que les agences antidopage font tout pour les prendre "la main dans le sac".

Bien évidemment, les scandales de dopage continuent. Aussi bien pour des raisons politiques que parce que le sport de haut niveau est impossible sans pharmacologie.

Lire aussi:

Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Le Président algérien Tebboune hospitalisé
Covid-19: des «super-contaminateurs» dans la nature? Un médecin appelle à changer la politique de test
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Tags:
athlètes, scandale, dopage, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook