Ecoutez Radio Sputnik
    Richard McLaren

    "Ce qui compte, c’est que la politique ne doit pas s’ingérer dans le sport"

    © REUTERS / Peter Power
    Sports
    URL courte
    Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)
    2324

    Le sport russe a été récemment épinglé par un rapport de Richard McLaren sur le dopage. Le document mentionne de graves violations pendant les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi en 2014. N’ayant qu’un seul témoignage à l'appui, est-il si crédible que cela?

    Le rapport de l'Agence mondiale antidopage (AMA) comportant une centaine de pages a paru suite aux accusations diffusées par Grigori Rodtchenkov, ancien chef du laboratoire russe antidopage. Cependant, de nombreux spécialistes du sport qui s'expriment à ce sujet dans des interviews accordées à Sputnik, se montrent sceptiques quant à la valeur de ce document.

    "Qu'a-t-on appris? Rien de spécial. Il n'y a aucune preuve tangible. Monsieur MacLaren n'a présenté que les déclarations de Rodtchenkov. Qu'a-t-il dit? +On ne sait pas comment ça a été organisé. Mais on sait comment ça aurait pu être organisé+. Comment peut-on priver tous les sportifs russes de compétition en se basant uniquement sur de telles déclarations?" indique Lev Rossochik, président adjoint de l'Union européenne de la presse sportive.

    Nicolas Yaremenko, journaliste sportif et rédacteur en chef du komanda.com, rappelle que Richard McLaren a été invité en Russie pour étudier sur place la situation dans le sport.

    "Savez-vous sous quel prétexte Richard McLaren ne s'est pas rendu en Russie? +J'ai un tas de preuves, à quoi bon en chercher d'autres?+ Cela nous permet d'affirmer que le rapport est tendancieux au plus haut point. D'autre part, c'est comme discuter de qui est coupable du boycottage des Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. Est-ce la réaction de l'Union soviétique et des pays du camp socialiste à l'échec des Jeux olympiques de Moscou 1980, auxquels plus de soixante pays n'ont pas participé ou d'autres circonstances? Qu'importe qui a été le premier, ce qui compte, c'est ce que la politique ne doit pas s'ingérer dans le sport", explique l'expert.

    Evgueni Bogatyrev, journaliste sportif, estime que les accusations ne doivent pas être fondées sur un unique témoignage, comme dans le cas du rapport McLaren. L'expert est persuadé qu'une contre-enquête est nécessaire.

    "Il faudrait une enquête authentiquement objective, et des représentants qui ne sont pas uniquement issus de la communauté outre-atlantique. Il existe dans le monde beaucoup de scientifiques, de gens dignes, qui peuvent et doivent se prononcer contre de telles méthodes. Dans ces méthodes, ils appliquent des procédés politiques au sport. Ça sent mauvais. Quoi qu'il en soit, ils peuvent déclarer n'importe quoi, mais c'est au Comité international olympique de décider et j'espère qu'il y aura des gens réalistes qui adopteront une attitude éminemment responsable", souligne le journaliste.

    Dossier:
    Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)

    Lire aussi:

    La Russie ne boycottera pas les Jeux olympiques de Rio
    Une seule athlète russe autorisée à participer aux JO de Rio par l'IAAF
    320 sportifs russes qualifiés pour les Jeux olympiques de Rio
    Suspension des athlètes russes: l'IAAF rejette toute plainte
    Tags:
    dopage, rapport, JO 2016 de Rio de Janeiro, Agence mondiale antidopage (AMA), Evguéni Bogatyrev, Richard McLaren, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik