Sports
URL courte
Les athlètes russes exclus des JO de Rio (58)
3312
S'abonner

La commission indépendante de l’Agence mondiale anti-dopage (AMA) avec Richard McLaren à sa tête a dépassé ses fonctions et il faut faire face à ce tournant, estime Julio Maglione, président de la Fédération internationale de la natation (FINA).

La commission de l'AMA présidée par Richard McLaren a dépassé ses fonctions en présentant son jugement sur un pays particulier, déclare Julio Maglione dans son commentaire pour Sputnik.

"Ses membres (de la commission, ndlr) ont dépassé leurs compétences. Pour moi, l'AMA, et cela devrait être clarifié tôt ou tard, est une organisation dotée d'une fonction de contrôler les violations liées au dopage, d'approuver les règles concernant et non de discuter de la situation dans un pays particulier, cela doit être fait par l'instance dirigeant les Jeux Olympiques, c'est-à-dire, par le Comité international olympique", souligne le président de la FINA.

Il a également ajouté que, selon lui, la décision prise par le Comité international olympique (CIO) était juste.

La commission présidée par Richard McLaren avait présenté un rapport qui accusait la Russie d'avoir réalisé un programme sur l'utilisation du dopage par les sportifs. L'interdiction de la participation de l'intégralité de l'équipe russe aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro était largement discutée. Cependant, dimanche dernier, le CIO a refusé d'interdire à tous les sportifs russes de se présenter aux JO, précisant que la décision finale appartiendrait aux fédérations internationales.

Dossier:
Les athlètes russes exclus des JO de Rio (58)

Lire aussi:

JO de Rio: le Kremlin salue la décision du CIO
La sélection olympique russe autorisée à participer aux JO de Rio
Le Comité olympique espagnol s'oppose à l'exclusion de la Russie des JO 2016
Jeux Paralympiques: un sportif brésilien hostile à la possible suspension de la Russie
Tags:
compétition, JO 2016 de Rio de Janeiro, Comité international olympique (CIO), Agence mondiale antidopage (AMA), Richard McLaren, Brésil, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook