Ecoutez Radio Sputnik
    The Russian national team, winners of the gold medal in women's handball at the XXXI Summer Olympics, during the medal ceremony

    Dopage en Russie? McLaren refuse de présenter des preuves au CIO

    © Sputnik. Alexey Filippov
    Sports
    URL courte
    Les athlètes russes exclus des JO de Rio (58)
    832756

    Alors que l’auteur du scandaleux rapport accusant de nombreux sportifs russes de dopage dédaigne toujours à fournir des preuves, l’équipe russe passée cette année au crible des laboratoires triomphe à Rio, malgré tous les efforts tendant à l’éclabousser.

    Accuser sans preuves ni témoin? Deux mois après la publication du scandaleux rapport McLaren, le monde attend toujours des preuves confirmant les accusations que celui-ci contient. Fatigué, apparemment, de cette étrange attente, le Comité international olympique (CIO) est intervenu dans la situation et a adressé une demande appropriée à son auteur Richard McLaren.

    Or, suite à la requête du CIO, M. McLaren a refusé de présenter des informations contenant des preuves concrètes. Selon lui, ces informations ne sont ni urgentes ni vitales, a déclaré le président du CIO Thomas Bach.

    Le rapport McLaren, annoncé comme indépendant et commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA), a déclenché un énorme scandale autour de l'équipe russe et a remis en cause sa participation aux JO de Rio. Polémiques peu encourageantes, accusations infondée… malgré tout, l'équipe s'est finalement présentée aux JO. Soumis à de rigoureux contrôles antidopage, les sportifs propres — le fait est prouvé — ont déjà recueilli 53 médailles pour occuper à ce jour le 4e rang au tableau des médailles, et ce, en dépit de tous les scandales.

    Dossier:
    Les athlètes russes exclus des JO de Rio (58)

    Lire aussi:

    Le nageur US revient sur son faux braquage pendant les JO de Rio
    JO de Rio: un Britannique décroche une médaille d'or à 58 ans
    JO de Rio: les USA disqualifiés du relais 4x100 m messieurs
    Tags:
    preuves, sport, scandale, dopage, JO 2016 de Rio de Janeiro, Comité international olympique (CIO), Richard McLaren, Rio de Janeiro
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik