Sports
URL courte
632
S'abonner

Après la fête que nous a offerte Rio, Tokyo, ville hôte des Jeux 2020, prend le relais. À cette occasion, le premier ministre nippon Shinzo Abe apparaît devant le public dans une tenue un peu spéciale…

C'était décidément une des apparitions les plus frappantes de Shinzo Abe. Lors de la cérémonie de la fermeture des JO, Rio a officiellement passé le relais à Tokyo. Un moment de tristesse, mais aussi d'attente et d'espoir, surtout pour le Japon.

À cette occasion et pour inviter le monde entier à Tokyo en 2020, le premier ministre nippon, connu pour son sérieux, s'est transformé en… Mario, ce célèbre personnage Nintendo. Casquette rouge, tenu de plombier et ballon à la main, le dirigeant du pays du soleil levant a émergé d'un tuyau vert installé au milieu de la pelouse brésilienne.

Stupéfait, le public a failli croire qu'il arrivait directement de Tokyo par le centre de la terre…

​Au lendemain de la cérémonie, les internautes discutent toujours sur les réseaux sociaux cet inoubliable moment.

"La toute meilleure apparition du premier ministre. Shinzo Abe vient de sortir d'un tuyau déguisé en Mario!!!" a écrit un twittos.

​"Mettre un chapeau de Mario et sortir d'un tuyau doit être la chose la plus farfelue que Shinzo Abe ait jamais faite", s'étonne un autre.

​"Je viens de voir Shinzo Abe se transformer en Super Mario à la tété internationale. Je ne sais pas que faire de ma vie"

​"Shinzo Abe en Mario. Maintenant, j'ai tout vu. Quel bon sens de l'humour!"

​Shinzo Abe, le 1er Ministre japonais, qui arrive au Maracanã par un tube vert, déguisé en Super Mario. Voilà le moment de cette cérémonie.

Lire aussi:

Le nageur US revient sur son faux braquage pendant les JO de Rio
JO de Rio: un Britannique décroche une médaille d'or à 58 ans
JO de Rio: les USA disqualifiés du relais 4x100 m messieurs
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
JO 2020, Shinzo Abe, Rio de Janeiro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook