Ecoutez Radio Sputnik
    sportifs de l’équipe olympique du Zimbabwe

    Ces rats revenus bredouilles des Jeux de Rio seront jetés en prison!

    © Photo. Capture d'écran sur YouTube
    Sports
    URL courte
    53330213091

    Le président zimbabwéen a ordonné d’arrêter tous les sportifs de l’équipe olympique du Zimbabwe, car ils n'ont gagné aucune médaille aux Jeux olympiques de Rio.

    Eh bien non, apparemment, le sportif nord-coréen n'est pas le plus triste des participants aux Jeux olympiques de Rio. Cette place est à juste titre réservée à ces "rats" d'athlètes zimbabwéens, selon l'expression de leur président lui-même…

    Comme l’équipe olympique du Zimbabwe n'est parvenue à remporter aucune compétition au Brésil, le président zimbabwéen Robert Mugabe a été très, mais là très déçu.

    L'austère dirigeant a même demandé au Commissaire général de police de la République du Zimbabwe d’arrêter l’ensemble des sportifs de l’équipe nationale dès leur arrivée sur le sol zimbabwéen.

    En fait, le meilleur résultat des 31 athlètes envoyés à Rio est une 8ème place.

    "Nous avons dépensé de l’argent sur ces rats que nous appelons athlètes. Si vous n’êtes pas prêts à vous sacrifier et à gagner encore du cuivre ou des médailles en laiton (il faisait notamment allusion aux 4e et 5e positions), comme nos voisins du Botswana, pourquoi alors êtes-vous allés à l'olympiade pour gaspiller notre argent?", a martelé Robert Mugabe cité par News of Africa.

    L'Afrique est connue pour ses meurs parfois sévères. Ainsi, deux athlètes guinéens  ne sont pas du tout rentrés du Brésil dans leur pays.

    Lire aussi:

    Les paralympiens biélorusses interdits de porter le drapeau russe à Rio
    JO de Rio 2016: top-13 des faits les plus insolites
    Des paralympiens biélorusses brandiront le drapeau russe à Rio
    A Rio, l’avion de l'équipe russe retardé par une matriochka géante
    Tags:
    prison, médailles olympiques, JO 2016 de Rio de Janeiro, Robert Mugabe, Brésil, Zimbabwe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik