Ecoutez Radio Sputnik
    Ibrahim Al-Hussein

    La grande première de l’équipe des réfugiés aux Jeux paralympiques de Rio

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    Sports
    URL courte
    0 44114

    Cette année-là, les spectateurs des Jeux paralympiques deviendront les témoins de la grande première d'une équipe d'athlètes pas comme les autres.

    Depuis 1960, les athlètes handicapés se sont toujours battus pour obtenir le graal aux Jeux paralympiques. En 2016, certains sportifs qui participent aux Jeux paralympiques de Rio n'ont pas eu que leurs handicaps à surmonter. En effet, ils font partie de ces gens qui ont dû fuir leur pays et trouver refuge loin de leur patrie. Ils prendront part aux Jeux au sein de l'équipe indépendante des réfugiés.

    Même si les sportifs qui représentent cette équipe (qui ne comprend que 10 personnes) ne venaient à remporter aucune médaille au cours des Jeux à Rio, ils marqueront à jamais l'histoire des Jeux d'été, faisant preuve de courage et de persévérance au nom des réfugiés du monde entier et des personnes déportées. Si les réfugiés avaient un pays, celui-ci compterait plus de 65 millions d'habitants. Ces athlètes porteront un message d'espoir non seulement pour les réfugiés ou déportés, mais pour les habitants du monde entier. 

    Ibrahim Al-Hussein, d'origine syrienne, a commencé la natation étant encore petit, avec son père qui était également son entraîneur, et a, à l'instar de plusieurs de ses confrères, remporté une série de compétitions d'envergure locale et nationale. Pourtant, sa carrière a été interrompue lorsque la guerre est arrivée aux portes de chez lui.

    En 2013, Ibrahim portait secours un ami blessé dans un bombardement lorsqu'il a été touché lui-même, perdant une partie de son pied droit.

    "Après avoir été blessé, j'étais confiné dans ma maison. C'était très difficile de ne rien faire", raconte-il. "Après 22 ans d'entraînement, mon rêve se réalise enfin" explique-t-il. "Parfois, je vais me coucher et je me sens tellement heureux que j'ai envie de pleurer".

    Lors des Jeux paralympiques, il prendra part au 50 m et au 100 m nage libre dans la catégorie S10. Il précise qu'il a repris la natation 6 mois seulement après avoir été blessé.

    ll est impossible de décrire l'honneur que je ressens", confie Ibrahim. "Aujourd'hui la seule chose à laquelle je pense c'est de tout faire pour atteindre mon but".

    Shahrad Nasajpour, un Iranien qui a reçu l'asile aux Etats-Unis, est aussi membre de l'équipe. Il prendra part à l'épreuve du lancer de disque aux Jeux paralympiques de Rio. En tant qu'athlète Souffrant d'une paralysie cérébrale, il participera dans la catégorie F37. Il n'a pas souhaité raconter son histoire mais a juste précisé qu'il se focalisait sur le perfectionnement de sa technique avant le début des Jeux.

    Lire aussi:

    Vogue retouche ses modèles pour représenter les sportifs paralympiques
    Poutine promet une compétition pour les paralympiques en Russie avec les mêmes récompences
    Pour eux, l’exclusion des Jeux paralympiques est plus douloureuse que leur handicap
    Les handballeuses russes partageront leur prix des JO avec les paralympiques
    Tags:
    réfugiés, paralympiens, paralympique, sport, Jeux paralympiques 2016 de Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Syrie, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik