Sports
URL courte
311143
S'abonner

A quel point faut-il être malade pour que l'Agence mondiale antidopage (AMA) non seulement ne défende pas à un sportif de prendre part aux JO, mais au contraire lui donne l’autorisation de se doper pour s'y présenter? Y a-t-il un docteur dans la salle?...

Après la divulgation de l'information selon laquelle l'Agence mondiale antidopage (AMA) avait permis à des sportives américaines de prendre des substances interdites, notamment aux joueuses de tennis Venus et Serena Williams, à la gymnaste Simone Biles et à la joueuse de basket-ball Elena Delle Donn, le monde attend des explications. En attendant, les sportives elles-mêmes ne refusent pas de la commenter.

Ainsi la joueuse Elena Delle Donn a réagi de manière sarcastique aux accusations de dopage à l'autorisation de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

"Je voudrais remercier les hackers qui ont raconté à tout le monde que je prenais légalement des médicaments prescrits pour le traitement de maladies pour lesquelles l'AMA a fait une exception. Merci, les gars!", a écrit Delle Donne sur son compte Instagram.

L'athlète s'est gardée de préciser de quel type de maladie il s'agissait. Mais grâce aux documents publiés par certains hackers on peut conclure que sa santé est dans un état critique.

Dmitri Peskov
© Sputnik . Vladimir Astapkovitch
Plutôt que de présenter des explications, l'AMA se lance dans les accusations… à l'encontre de Moscou, bien sûr, et, comme d'habitude, sans preuves. Le directeur général de l'AMA, Olivier Niggli, a confirmé le piratage des bases de données de l'institution et a indiqué que, selon les données fournies par la police, l'attaque provenait de Russie.

Ceci dit, M.Niggli n'a pas fait la lumière sur la raison pour laquelle les sportives mentionnées n'étaient pas suspendues des compétitions.

Lire aussi:

Passe-droits pour Biles et les sœurs Williams: l'impartialité de l'AMA mise à mal
Dopage: loin de donner une explication intelligible, l’AMA accuse la Russie
Serena et Venus Williams dopées mais couvertes par l'AMA, révèlent des hackers
Tags:
sport, dopage, JO 2016 de Rio de Janeiro, Agence mondiale antidopage (AMA), Elena Delle Donne, Serena Williams, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook