Ecoutez Radio Sputnik
    Le hijab refait son apparition sur l’échiquier mondial

    Le hijab refait son apparition sur l’échiquier mondial

    © AFP 2019 MENAHEM KAHANA
    Sports
    URL courte
    8710

    Alors que le futur championnat du monde féminin d’échecs se tiendra à Téhéran en février 2017 ; qui a déjà acquiert un statut très contesté autour du port du hijab, les championnes nationales se prononcent elles-mêmes sur leur désir d’y participer.

    L'échiquier mondial s'était déjà réuni en Iran, mais jamais la compétition n'avait autant été au centre de la polémique autour du port du hijab, a estimé le directeur de la Fédération internationale des échecs (FIDE) en Russie Berik Balgabaïev.

    « Le plus grand évènement d'envergure mondiale ne se joue pas pour la première fois à Téhéran, mais la compétition féminine y fait ses grands débuts. Mais la FIDE dispose déjà d'une expérience de travail commun avec la partie iranienne », a-t-il déclaré, ajoutant qu'en 2002 la Coupe du monde s'était jouée avec des play-offs, et avait été remportée par l'Indien Vishwanathan Anand face à Alexeï Chirov, qui jouait sous les couleurs espagnoles. Donc, nous avons déjà travaillé avec le gouvernement iranien, la Fédération iranienne d'échecs et le ministère iranien des Sports », a indiqué Berik Balgabaïev.

    Selon lui, le futur championnat de doit pas être politisé, car 64 sportives de plus de 30 pays y participeront, dont onze Russes, qui ont consenti à respecter la législation locale et à porter le hijab.

    « Le développement des échecs en Iran est aujourd'hui en plein essor. (…) Il ne s'agit pas d'un scandale. Oui, une participante de l'équipe géorgienne avait exprimé son opinion, se prononçant contre la tenue de la compétition dans la République islamique d'Iran. Mais la FIDE se prononce contre l'intrusion des aspects politiques dans le jeu d'échecs », a souligné le fonctionnaire.

    Pour l'interlocuteur de Sputnik, le voyage en Iran ne s'avère pas plus dangereux que le séjour à Paris, en France par rapport à d'autres pays, souvent qualifiés de soi-disant dangereux par les médias mainstream.#Chess second main #sport after #football in Iran: #SarasadatKhademalshariehhttps://t.co/XoKVjRvCGG pic.twitter.com/MytXvbZfOg

    ​Les Iraniennes Sa'dat Khadem ash-Shari'ye, déjà grand-maître d'échecs, et sa compatriote Atusa Porkashiyan, comptent parmi les plus belles chances de victoire pour l'Iran lors de «son» championnat du monde.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Au Royaume-Uni, la police protège les femmes en burkini
    Une musulmane voilée fait son apparition dans Playboy
    "L'arrêté anti-burkini est une solution stupide à un problème sérieux"
    Tags:
    échiquier, hijab, loi, championnat, jeu d'échecs, Sputnik, Fédération internationale des échecs (FIDE), Atusa Porkashiyan, Sa'dat Khadem ash-Shari'ye, Berik Balgabaiev, Alexeï Chirov, Vishwanathan Anand, France, Paris, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik