Ecoutez Radio Sputnik
    Un footballeur ukrainien accusé de nazisme par les fans d'un club espagnol

    Un footballeur ukrainien accusé de nazisme par les fans d'un club espagnol

    © Sputnik. Vladimir Pesnya
    Sports
    URL courte
    3591100

    Les supporteurs de l'équipe du Rayo Vallecano de Madrid se sont dressés contre le transfert dans leur club du footballeur ukrainien Roman Zozulya, n'ayant pas apprécié sa photo avec le portait de Stepan Bandera, dirigeant des nationalistes ukrainiens.

    Une récente photo du footballeur ukrainien Roman Zozulya a déclenché une énorme grogne au sein du club espagnol Rayo Vallecano de Madrid. Le footballeur a été pris en photo avec une écharpe à l'effigie du dirigeant de l'Organisation des nationalistes ukrainiens Stepan Bandera. Les supporteurs du club, luttant traditionnellement contre le nazisme et le racisme, n'ont en rien apprécié son geste.

    En outre de l'accuser de promouvoir le nazisme et de refuser de l'avoir dans l'équipe, les fans sont allés fouiller plus loin :

    « Ce n'est pas une question d'idéologie ou de position, c'est plus profond : le joueur ukrainien a eu recours aux armes, a donné de l'argent aux bataillons fascistes, a arboré les symboles des fascistes et dans la plupart des cas a soutenu l'extrême-droite dans son pays », a dénoncé le groupe de supporteurs Platforma ADRV dans un communiqué. « Les tribunes du Rayo Vallecano sont contre ce type peu importe où il se trouve, sur le terrain ou dans les tribunes ».

    Ainsi, les supporteurs du Rayo Vallecano associent le footballeur Zozulya aux nationalistes ukrainiens car il a aidé l'armée ukrainienne qui menait des combats dans le sud-est de l'Ukraine. À l'époque, le joueur a mis aux enchères sa médaille obtenue en finale de la Ligue Europa (faisant alors partie du FK Dnipro), ceci en promettant de dépenser tous les fonds recueillis « aux besoins des soldats de l'ATO (ATO, soit opération antiterroriste, est la dénomination des autorités ukrainiennes du conflit armé dans le sud-est du pays, ndlr) ».

    Le footballeur a de son côté répondu aux supporteurs dans une lettre ouverte :

    « Malheureusement, mon arrivée en Espagne a été entourée de malentendu, suscité par un journaliste qui connaissait mal la situation dans mon pays et ma carrière. Je suis arrivé dans un aéroport de Séville portant un T-shirt avec le blason ukrainien et avec les vers de Taras Chevtchenko — poète qu'on lisait dans toutes les écoles de l'Ukraine soviétique. Le journaliste a écrit que j'étais arrivé en T-shirt à l'image d'un groupe armé dont le symbole ne ressemblait guère au blason de mon pays. Le Real Betis (ancien club de Zozulya, ndlr) a insisté pour que l'article soit supprimé, ce qui a été fait immédiatement. Le journal a reconnu son erreur et a présenté ses excuses », a affirmé le joueur.

    D'ailleurs, Zozulya a ajouté qu'il n'avait jamais eu de lien avec les néonazis, mais n'a pourtant pas commenté la photo qui a causé la grogne des supporteurs.

    Le transfert de Zozulya a été confirmé officiellement : le footballeur jouera pour le Rayo Vallecano jusqu'à la fin de la saison prêté par le Real Betis.

    Stepan Bandera (1909-1959) est un idéologue nationaliste ukrainien, l'un des dirigeants de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) et le dirigeant de l'Organisation des nationalistes ukrainiens à tendance extrémiste. L'Armée insurrectionnelle ukrainienne agissait essentiellement dans l'ouest de l'Ukraine, combattait les troupes soviétiques et collaborait avec les nazis.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Pourquoi l’establishment anglo-américain favorisa le nazisme
    Comment les anglo-saxons créèrent le nazisme à Versailles (suite)
    L’Ukraine et les USA rejettent la résolution contre la glorification du nazisme
    Pour Berlin, Kiev est responsable de l’escalade dans le Donbass
    Сes «citoyens du Reich» qui troublent l'Allemagne
    Tags:
    footballeur, sport, nazisme, football, Madrid, Espagne, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik