Ecoutez Radio Sputnik
    Echauffourées lors de la rencontre Bastia-Lyon, le match officiellement arrêté

    Échauffourées lors de la rencontre Bastia-Lyon, le match officiellement arrêté

    © AFP 2019 PASCAL POCHARD-CASABIANCA
    Sports
    URL courte
    19617

    Le match Bastia-Lyon a été officiellement arrêté après des bagarres sur la pelouse de Furiani.

    Des incidents ont éclaté durant l'avant-match de la rencontre Bastia-OL. Des supporters bastiais ont fait irruption sur la pelouse de Furiani pour provoquer les joueurs lyonnais.

    Suite aux échaufourrées, le match a été d'abord retardé, puis définitivement arrêté, ont annoncé l'Olympique lyonnais et BeIN Sports.

    ​Lors de l'échauffement, des supporters de Bastia sont venus sur la pelouse pour forcer les joueurs lyonnais à rentrer aux vestiaires. Il y a d'abord eu une bousculade, mais les joueurs lyonnais ont toutefois réussi à regagner les vestiaires.

    Le gardien remplaçant de l'OL Mathieu Gorgelin et l'attaquant Memphis Depay figurent parmi les premiers joueurs à avoir été attaqués par les supporteurs bastiais.

    Le match a démarré avec une cinquantaine de minutes de retard, mais l'ambiance est restée morose sur le terrain. A la mi-temps, une autre bagarre survient au moment du retour des joueurs aux vestiaires. Un nouvelle échauffourée éclate autour du gardien lyonnais Anthony Lopes, rattrapé par des supporteurs bastiais descendus des tribunes.

    Vers 19h17, la décision a été prise d'annuler le match.

    L'AFP relate qu'une enquête confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a été ouverte sur des faits de « violences ». Dans le même temps, selon les informations fournies par BMFTV, ces incidents seront étudiés dès jeudi par la commission de discipline de la LFP avec une possible mesure à titre conservatoire.

    Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais, a été exfiltré du stade et est monté dans une voiture sous les insultes, tandis que les joueurs de l'OL rejoignaient leur bus. Le bus de l'OL a quitté Furiani sous les insultes après l'intervention des forces de l'ordre. Des projectiles ont été lancés par les supporteurs bastiais, les CRS ont répondu par des gaz lacrymogènes.

    ​Pour Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports, ce match est « pitoyable ».

    « Ce n'est pas l'image qu'on a envie d'avoir pour le foot en général et le foot français en particulier. C'est scandaleux, indigne […]. C'est pitoyable. […] Il n'est pas normal de voir des stadiers frapper des joueurs. Je fais confiance aux instances. Il faut que la Ligue prenne toutes les sanctions qui s'imposent. On n'a pas le droit de voir ça », a-t-il fustigé, cité par BFMTV.

    L'UNFP a qualifié cet évènement de « débordements inadmissibles et condamnables ». Des sanctions lourdes pourraient être imposées au Sporting Club de Bastia un fois l'enquête terminée.

    Cet incident a également suscité de vives réaction des internautes qui n'ont pas tardé à s'exprimer sur Twitter.

    L'incident à Bastia a eu lieu quelques jours seulement après le match de Ligue Europa entre l'OL et le Besiktas et à la fin duquel des heurts ont éclaté entre des supporteurs turcs et lyonnais au parc Olympique lyonnais.Des spectateurs lyonnais ont gagné la pelouse quinze minutes après le match pour se mettre à l'abri des supporteurs turcs les plus violents qui jetaient des projectiles et des pétards du haut des tribunes. La police a dû faire usage de gaz lacrymogènes. Le match avait été placé au niveau maximum de risque (4 sur 4) par les autorités françaises.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Lyon-Besiktas: on savait que ça allait se passer mais on n’a pas pu l’empêcher
    Coupe du monde 2018: les Chinois ne croient pas aux histoires sur les fans russes
    Moscou répond aux appels allemands de boycotter la Coupe du monde de foot 2018
    «Le football ne doit pas devenir un instrument de la politique», selon les fans iraniens
    Tags:
    Corse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik