Ecoutez Radio Sputnik
    Dopage

    McLaren reconnaît l'absence d'un soutien de l’État au dopage en Russie

    © Photo. pixabay
    Sports
    URL courte
    221070242

    Le directeur de la Commission indépendante publique russe antidopage Vitali Smirnov a affirmé que Richard McLaren avait admis l’absence d’un soutien de l’État au dopage en Russie.

    L'Agence mondiale antidopage (AMA) a reconnu le manque de preuves dans le rapport de la commission indépendante de Richard McLaren, ceci sans aucune pression externe, a déclaré le directeur de la Commission indépendante publique antidopage Vitali Smirnov, cité par les médias russes. Ainsi, M. McLaren a admis le fait qu'en Russie il n'y avait nul soutien à l'utilisation de substances interdites au niveau étatique.

    « Je trouve que cela est le fruit des pourparlers », a estimé M. Smirnov. « Depuis 1970, je suis membre de la commission des institutions sportives et je clame n'avoir signé aucun document et n'avoir jamais assisté à l'adoption d'un quelconque document attestant de l'ingérence des organes d'État dans le dossier. McLaren l'a compris et l'a accepté. En fin de compte, ils ont tiré cette conclusion eux-mêmes, je ne veux pas dire que cela soit survenu sous notre influence. »

    La Commission indépendante publique russe antidopage a été mise en place le 22 juillet 2016 à la demande du Président Vladimir Poutine. Le principal objectif de cette commission est de mettre en œuvre le plan national de lutte anti-dopage dans le sport.

    Le 9 décembre, le professeur en droit du sport canadien Richard McLaren a présenté la deuxième partie de son rapport affirmant que plus de 1 000 athlètes russes avaient bénéficié de manipulations dissimulant les résultats positifs des tests antidopage. En outre, le rapport a accusé les anciens responsables russes du ministère des Sports, ainsi que l'Agence russe antidopage (RUSADA) et le FSB d'avoir participé à la dissimulation du dopage.

    En juillet, une commission de l'AMA dirigée par Richard McLaren a présenté la première partie du rapport sur la base des résultats de l'enquête qui accuse la Russie d'avoir mis en place un programme de dopage d'État, recommandant au Comité International olympique d'interdire à toute l'équipe russe de participer aux évènements sportifs. Le CIO, à son tour, a préféré laisser les fédérations sportives indépendantes trancher.

    En conséquence, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a interdit aux athlètes russes de participer à des compétitions internationales, y compris aux Jeux olympiques de Rio 2016. Le Comité international paralympique (CIP), à son tour, a interdit à tous les athlètes paralympiques russes de prendre part aux Jeux paralympiques de Rio 2016 et aux Jeux paralympiques d'hiver 2018 qui se tiendront à Peyongchang, en Corée du Sud.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    L'absence de preuves dans le rapport McLaren reconnue, Moscou s'y attendait
    Dopage en Russie: l’AMA reconnaît les lacunes du rapport McLaren
    Le chef de l’USADA qualifie l'AMA de «renard gardant son poulailler»
    Tags:
    lutte antidopage, sport, athlètes, rapport, dopage, Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Comité international olympique (CIO), Agence mondiale antidopage (AMA), Richard McLaren, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik