Ecoutez Radio Sputnik
    Richard McLaren. Archive photo

    Une centaine de sportifs russes blanchis par l'AMA pourraient demander des dédommagements

    © REUTERS / Peter Power
    Sports
    URL courte
    24290
    S'abonner

    Le juriste du sport Sergueï Alexeïev a déclaré à Sputnik que la clôture de l'enquête de l'Agence mondiale antidopage au sujet des sportifs russes permettait à ces derniers de saisir la justice dans cette affaire.

    L'Agence mondiale antidopage (AMA) a clos l'enquête concernant 95 des 96 sportifs russes impliqués dans un scandale de dopage, a annoncé le New York Times. Le juriste du sport russe Sergueï Alexeïev a déclaré dans une interview à la radio Sputnik que la clôture de l'enquête permettait à ces sportifs de s'adresser à la justice.

    L'AMA va blanchir 95 Russes figurant dans le rapport du juriste canadien Richard McLaren, chef de la commission indépendante de l'Agence, a annoncé le New York Times se référant à un rapport intérieur de cette structure.

    «Les preuves disponibles sont insuffisantes pour soutenir l'affirmation d'une violation des règles antidopage pour ces 95 sportifs», a écrit Olivier Niggli, le directeur général de l'AMA.

    Le dossier a été clos entre autres parce que l'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, aujourd'hui réfugié aux États-Unis, Grigori Rodtchenkov, est «indisponible pour témoigner en raison de circonstances extérieures».

    «C'est un très bon fait juridique, a souligné Sergueï Alexeïev. Il est évident que ces sportifs seront blanchis, mais, malheureusement, cette attaque contre la Russie vise à priver les sportifs russes de la possibilité de participer à des compétitions à un moment donné. Nous sommes en présence d'un manque à gagner et d'un préjudice issu d'une interdiction illégale de prendre part à des compétitions. Il est certain que les sportifs seront rétablis dans leurs droits, mais l'arrière-goût laissé par les conclusions inadéquates, infondées et illégales de McLaren rendent […] juridiquement logique la demande de réparations tant morales que matérielles.»

    Richard McLaren a affirmé en novembre 2015 que la Russie avait mis en place un système de dopage institutionnalisé en Russie. Depuis le début du scandale, Moscou a démenti à plusieurs reprises toute existence d'un tel système, insistant sur la responsabilité individuelle des sportifs dopés ou de responsables ayant poussé au dopage. Toutefois, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a interdit aux athlètes russes de participer à des compétitions internationales, y compris aux Jeux olympiques de Rio 2016. Le Comité international paralympique (CIP), à son tour, a interdit à tous les athlètes paralympiques russes de prendre part aux Jeux paralympiques de Rio 2016 et aux Jeux paralympiques d'hiver 2018 qui se tiendront à Peyongchang, en Corée du Sud.

    Tags:
    The New York Times, paralympiens, athlètes, enquête, dopage, Jeux paralympiques 2018 de Pyeongchang, Jeux paralympiques 2016 de Rio de Janeiro, Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Agence mondiale antidopage (AMA), Sputnik, Richard McLaren, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik