Sports
URL courte
214
S'abonner

La décision de suspendre à vie les sportifs russes dont l’implication dans le scandale de dopage n’a pas été prouvée est une décision purement politique qui a été prise sous une influence extérieure, d’après un fondeur disqualifié par le CIO.

Les membres du Comité international olympique (CIO) ont cédé à des pressions extérieures et craignent de prendre une décision équitable, a déclaré jeudi le fondeur russe Evgeniy Belov disqualifié mercredi par le CIO.

«L’injustice me brûle. Je n’ai jamais imaginé que cela pouvait me concerner parce que j’ai toujours été contre le dopage dans le sport. Il est dommage que le sport et, pire encore, le mouvement olympique se soient transformés en batailles politiques. Et ce malgré le fait qu’ils doivent réunir les gens du monde entier», a indiqué l’athlète russe sur le réseau de partage de photos Instagram.

Mercredi, une commission du Comité international olympique (CIO) dirigée par Denis Oswald a suspendu à vie des Jeux olympiques les fondeurs russes Alexander Legkov et Evgeniy Belov pour dopage. Le CIO a annulé les résultats des deux sportifs enregistrés lors des Jeux olympiques d’hiver 2014 à Sotchi et a notamment déchu Alexandre Legkov de son titre de champion olympique du 50 km. Cette décision survient à trois mois des Jeux olympiques d’hiver 2018 qui auront lieu à PyeongChang, en Corée du Sud. 

L’avocat des deux sportifs, Christof Wieschemann, a qualifié la décision du CIO de politique, puisque la commission n’a pas prouvé la culpabilité de ses clients.

«La signification du drapeau olympique: cinq anneaux symbolisent les cinq continents réunis et six couleurs (avec le fond) signifient les couleurs nationales de tous les pays du monde. Dommage que les membres du CIO l’aient oublié! Dommage qu’ils aient cédé à des pressions. Le sort des sportifs «propres» ne les intéresse pas, ils ont peur de prendre une décision honnête et équitable», a ajouté M.Belov.

Le CIO a mis sur pied une commission exécutive présidée par le Suisse Denis Oswald pour faire la lumière sur la réalité du dopage des sportifs dont le nom était cité dans le rapport du juriste canadien Richard McLaren. En septembre dernier, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a clos l’enquête ouverte contre 95 des 96 sportifs russes à la suite de ce scandale.

Depuis le début du scandale, Moscou a démenti à plusieurs reprises toute existence d'un système institutionnalisé de dopage en Russie, insistant sur la responsabilité individuelle des sportifs dopés ou de responsables ayant poussé au dopage.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
disqualification, politique, dopage, JO 2018 de Pyeongchang, Comité international olympique (CIO), Richard McLaren, Denis Oswald, Evgeniy Belov, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook