Sports
URL courte
5332
S'abonner

Le Président russe s'est déclaré prêt à sauter d'un tremplin à 3 mètres au cours de l'examen d'un projet qui prévoit de créer un centre d'entraînement au plongeon de haut vol en Crimée.

Invité à effectuer un voyage en Crimée pour s'informer de la réalisation d'un projet de création d'un centre d'entraînement au plongeon de haut vol, Vladimir Poutine a indiqué qu'il n'avait pas surtout pas l'intention de participer à de telles épreuves.

«Je peux sauter d'un tremplin à 3 mètres», a-t-il dit en souriant.

Ses interlocuteurs l'ont pris au mot et ont immédiatement répliqué qu'ils en trouveraient un.

Les participants au forum Communauté, auteurs du projet «Manifestations sportives et touristiques en Crimée au long de l'année», ont parlé au Président de compétitions de plongeon de haut vol. Ils lui ont fait part de leur idée de créer un centre du genre en Crimée et d'ouvrir une école sportive.

Le monde ne compte pas beaucoup d'endroits qui conviendraient à l'application de cette idée. Mais la Crimée en possède un: le rocher de Diva. Lorsque Vladimir Poutine a demandé aux promoteurs du projet de préciser l'aide dont ils avaient besoin, ils ont indiqué qu'ils disposaient de l'argent nécessaire mais qu'ils manquaient de soutien administratif. «Vous l'aurez», a brièvement répondu le Président.

Valéry Fadeev, secrétaire de la Chambre civile de Russie, a noté que le projet présenté à Vladimir Poutine avait remporté un concours de la Chambre et que l'information avait été remise à l'administration présidentielle.

Lire aussi:

Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
«Sputnik V»: Poutine annonce l'enregistrement du premier vaccin contre le Covid-19 en Russie
Un incendie «d'une rare intensité» dans un immeuble de Vincennes, deux morts – images
Le Secret Service en dit plus sur le tireur qui a provoqué l’évacuation de Donald Trump
Tags:
sport, projet, Valéry Fadeev, Vladimir Poutine, Russie, Crimée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook