Sports
URL courte
7211
S'abonner

«S’il y avait des violations des règles antidopage, elles étaient de nature purement individuelle»: les enquêteurs du Comité d’enquête russe ont interrogé plus de 700 personnes liées au domaine sportif, mais aucune d’elles n’a confirmé l’existence d’un programme de dopage d’État en Russie.

L'enquête du Comité d'enquête de la Fédération de Russie a réfuté les arguments de Richard McLaren, expert indépendant de l'Agence mondiale antidopage, concernant la présence en Russie d'un programme de dopage d'État et une substitution des tests antidopage aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014.

«Les enquêteurs ont interrogé plus de 700 athlètes, entraîneurs, professionnels de la santé des équipes nationales russes vivant sur l'ensemble du territoire russe, employés des fédérations sportives russes, du Centre d'entraînement sportif des équipes nationales russes, de la RUSADA (Agence antidopage russe, ndlr) et du Centre antidopage. Mais aucun d'eux n'a confirmé l'existence de programme de dopage», a déclaré la porte-parole du Comité d'enquête, Svetlana Petrenko.

«S'il y a eu des violations des règles antidopage, elles étaient de nature purement individuelle», a-t-elle ajouté.

Un certain nombre d'entraîneurs et d'athlètes ont témoigné du fait que l'ancien chef du Centre antidopage Grigori Rodtchenkov avait distribué des médicaments dont les propriétés authentiques n'étaient tout d'abord pas connues, mais ont été identifiées par la suite comme du dopage, a rapporté la porte-parole.

En outre, les enquêteurs ont interrogé les ouvriers, les vigiles de sécurité et le personnel qui avait travaillé pendant les Jeux olympiques à Sotchi. «Les inspections impliquant des experts et les témoignages réfutent les spéculations sur la présence de trous dans le mur du bâtiment du laboratoire et le dopage des athlètes russes à travers elle», a précisé Mme Petrenko.

Les experts ont en outre réfuté les allégations de M.McLaren au sujet de la substitution des tests de dopage dans le laboratoire de Sotchi. Selon l'expert occidental, les tests ont été truqués par l'ajout de sel ou d'eau distillée et ont montré des résultats anormaux. «Les études complexes et longues ont révélé que les résultats qualifiés "d'anormaux" sont liés aux caractéristiques physiologiques des processus métaboliques dans les reins après l'entraînement ainsi qu'au volume et à la composition des boissons consommées», a noté Mme Petrenko.

Ainsi, a conclu la porte-parole, «les arguments de l'expert indépendant de la WADA, McLaren, sur la substitution des tests de dopage des athlètes russes lors des JO d'hiver, ainsi que sur l'existence d'un programme national de dopage en Russie, ont été réfutés».

Lire aussi:

Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Un homme tabassé après avoir chassé des manifestants avec une machette aux USA – vidéo choc
Trois faux policiers interpellés à Paris en pleine arrestation raciste censée discréditer la police
Tags:
anti-dopage, dopage, Richard McLaren, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook