Ecoutez Radio Sputnik
    Работа ФГУП Антидопинговый центр

    Suspension de l'agence russe antidopage: Moscou dénonce une démarche «politique»

    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Sports
    URL courte
    225

    L’Agence mondiale antidopage (AMA) a maintenu jeudi la suspension de l'agence russe antidopage Rusada. Bien qu’il reste moins de trois mois avec les jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang, la suspension de l’agence n’affectera pas la participation des athlètes russes aux JO, a déclaré le président du Comité olympique russe, Alexandre Joukov.

    Lors d'un conseil de la direction de l'AMA à Séoul, il a été décidé jeudi de maintenir la suspension de l'agence antidopage russe Rusada.

    Rusada avait été suspendue en novembre 2015 suite au scandale déclenché par le rapport de Richard McLaren, président de la commission spécialisée de l'AMA, qui a affirmé que la Russie avait mis en place un système de dopage institutionnalisé.

    Cette «reconnaissance sans conditions du rapport McLaren» est impossible, a répété jeudi le président du Comité olympique russe, Alexandre Joukov, venu à Séoul avec le ministre des Sports, Pavel Kolobkov, défendre la position de son pays.

    «Nous acceptons le fait que notre système national antidopage a échoué. Cet échec a été le résultat d'activités organisées par un groupe d'individus pour leur profit», a affirmé Alexandre Joukov, évoquant des entraîneurs et d'anciens responsables de Rusada et du laboratoire de Moscou.

    En outre, M. Joukov a qualifié la décision de l'AMA de «politique», car «toutes les exigences de la feuille de route pour la Rusada ont été respectées».

    «Mais nous réfutons totalement un système de dopage soutenu par l'État», a-t-il ajouté, attirant l'attention sur le fait que le rapport de McLaren contient «plusieurs inexactitudes, des données non confirmées, des déclarations déraisonnables affirmant que plus d'un millier d'athlètes russes se sont dopés.»

    Cependant, M. Joukov ne voit aucun lien entre la décision de l'AMA et la participation de l'équipe russe aux JO d'hiver à Pyeongchang. «Il n'y aucun lien. Tous les orateurs (de la direction de l'AMA qui ont maintenu la suspension de Rusada, ndlr) ont déclaré que les athlètes russes qui ne sont pas dopés devraient participer à toutes les compétitions», a-t-il déclaré.

    Auparavant, l'Agence mondiale antidopage avait clos son enquête concernant 95 sportifs russes accusés de dopage. En septembre, l'AMA avait déclaré que la présence des noms de sportifs russes dans le rapport de Richard McLaren ne prouvait pas qu'ils aient violé les règles antidopage.

    Richard McLaren, président de la commission spécialisée de l'AMA, a affirmé en novembre 2015 que la Russie avait mis en place un système de dopage institutionnalisé. Depuis le début du scandale, Moscou a démenti à plusieurs reprises toute existence d'un tel système, insistant sur la responsabilité individuelle des sportifs dopés ou de responsables ayant poussé au dopage. Toutefois, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a interdit aux athlètes russes de participer à des compétitions internationales, y compris aux Jeux olympiques de Rio 2016. Le Comité international paralympique (CIP), à son tour, a interdit à tous les paralympiens russes de prendre part aux Jeux paralympiques de Rio 2016 et aux Jeux paralympiques d'hiver 2018 qui se tiendront à Pyeongchang, en Corée du Sud.

    Richard McLaren a récemment retiré ses accusations contre la Russie concernant l'existence d'un système étatique de soutien au dopage dans le sport.

    Lire aussi:

    AMA sur le scandale de dopage russe: «être mentionné dans un rapport n’est pas une preuve»
    Insuffisance de preuves: l’AMA blanchit 95 sportifs russes
    Dopage en Russie: McLaren aurait retiré ses accusations contre l’État russe
    Tags:
    dopage, anti-dopage, Agence antidopage russe (RUSADA), Agence mondiale antidopage (AMA), Richard McLaren, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik