Ecoutez Radio Sputnik
    Neymar

    À tout prix: le Real Madrid prêt à sacrifier Ronaldo pour s'offrir Neymar

    © AFP 2018 Jean-Sebastien Evrard
    Sports
    URL courte
    4412

    Le Real Madrid serait prêt à débourser 400 millions d'euros pour s'offrir l'attaquant du Paris Saint-Germain, le Brésilien Neymar, a fait savoir la radio espagnole Cadena SER.

    Le président du Real Madrid, Florentino Pérez Rodríguez, souhaiterait acheter Neymar, l'attaquant brésilien du Paris Saint-Germain, a annoncé la radio espagnole Cadena SER. Le club est même prêt à faire figurer dans l'opération l'attaquant Cristiano Ronaldo afin de convaincre le PSG de lui vendre le Brésilien, a-t-elle ajouté. Le transfert devrait alors avoir lieu après le Mondial 2018.

    C'est le 12 janvier que les premières informations sur le souhait du Real Madrid de s'offrir l'attaquant brésilien du PSG ont fait leur apparition. Avec la clause de départ, le salaire et une «prime à la signature», les dépenses totales du club madrilène pourraient se monter à 400 millions d'euros.

    Toutefois, le Real Madrid a un rival dans cette opération: après l'entrée en jeu du club anglais Manchester United, les enchères ont déjà grimpé à 500 millions d'euros.

    Durant l'été dernier, Neymar a quitté le FC Barcelone pour le PSG pour la somme record de 222 millions d'euros. Le sportif défend les couleurs du club parisien à des conditions particulières: ses co-équipiers ont interdiction de jouer brutalement contre lui lors des entraînements et le Brésilien a été dispensé de travailler les tactiques défensives.

    Lire aussi:

    Comme Messi: le PSG propose à Cristiano Ronaldo 300 millions d’euros pour 5 ans
    Neymar voudrait revenir au Barça
    Vous voulez savoir combien Neymar a déjà gagné au PSG? Un site web est à votre service
    Tags:
    transfert, attaquant, football, Manchester United F.C, PSG, FC Barcelona, Real Madrid, Florentino Perez, Neymar, Cristiano Ronaldo, Espagne, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik